éblouir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

De l’ancien français esbloer [1], esbleuir [2], de même sens.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

éblouir /e.blu.iʁ/ transitif 2e groupe (conjugaison)

  1. Frapper la vue par un éclat très vif que les yeux ne peuvent soutenir.
    • …à 1 heure du matin, je pénétrais dans le port de Colon. Entre les deux jetées j'étais ébloui par de nombreuses lumières et j'évitais de justesse un vapeur qui sortait. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • (Absolument)L’éclat des diamants éblouit. - La neige, la blancheur de la neige éblouit.
  2. (Figuré) Toucher la vue par quelque chose de remarquable.
    • Je suis incapable de rassembler deux idées ; votre vue m’a ébloui. Je ne pense plus, j’admire. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
  3. (Figuré) Surprendre par quelque chose de vif, de brillant, de spécieux.
    • On se laisse souvent éblouir par l’éclat des paroles.
    • Son éloquence éblouit plus qu’elle n’éclaire.
    • Ne pas se laisser éblouir par les apparences.
  4. (Par extension) Fasciner, séduire.
    • Je ne me laisse pas éblouir par les bobards : je suis pour les actes, moi, mon cher monsieur. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
    • Les grandeurs l’ont ébloui.
    • Être ébloui de l’éclat des richesses, par les richesses.
    • Les promesses qu’on lui a faites l’ont ébloui.
    • Il est tout ébloui de sa fortune.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]