émigration

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : emigration

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) Du latin emigratio.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
émigration émigrations
/e.mi.ɡʁa.sjɔ̃/

émigration /e.mi.ɡʁa.sjɔ̃/ féminin

  1. Action d’émigrer ; fait d’être émigré.
    • Ils auraient alors passé de l’Ouest à l’Est, vers la fin du tertiaire, dans le sens contraire à celui qu'on attribuait à l’émigration humaine. (René Thévenin & Paul Coze, Mœurs et Histoire des Indiens Peaux-Rouges, Payot, 1929, 2e éd., p.15)
    • La grande majorité des juifs étant irrédentiste et n'entendant nullement subir le joug germanique aussitôt après le traité de Francfort, un grand mouvement d’émigration se dessina. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. (Absolument) (Histoire) Fuite des aristocrates à l'étranger qui se produisit pendant la Révolution française.
    • Sa Seigneurie monsieur le duc d’Hérouville, un fruit de l’automne matrimonial du dernier gouverneur de Normandie, est né pendant l’émigration, en 1796, à Vienne. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  3. (Par extension) (Péjoratif) Ensemble de ces aristocrates eux-mêmes.
    • Mais tous les actes du gouvernement royal ne furent qu'une réaction aussi niaise que violente contre le passé; l’émigration traita la France en pays conquis; l'ancien régime brava avec une ineptie digne du délire de Coblentz tous les intérêts et les sentiments nationaux. (Théophile Lavallée, Histoire des français: depuis le temps des Gaulois jusqu'en 1830, Paris : J. Hetzel & Paulin, 1841, 3e éd., vol.4, p.535)

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]