épargner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

De esparigner, de l'ancien français esparnier, du francique *sparanjan (« traiter avec indulgence ») [1].

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

épargner /e.paʁ.ɲe/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Ménager quelque chose, ne l’employer qu’avec réserve.
    • En raison du changement d’heure, survenu la même nuit, la déposante hésitait : elle avait, en se mettant au lit, retardé sa pendule pour s’épargner la peine d’y penser le lendemain, […]. (Francis Carco, L'Homme de Minuit, 1938)
    • Épargner son bien, son argent.
    • Nous n’avons guère de provisions, il faut les épargner.
    • Le vin ne fut pas épargné à cette noce.
    • Cette sauce est très relevée : on n’y a pas épargné le sel, le poivre.
    • Il est si avare qu’il épargne même sur sa nourriture.
    • On n’épargne rien pour vous satisfaire.
    • Je n’y épargnerai rien.
    • Quand il peut obliger ses amis, il ne s’y épargne pas.
    • Il ne s’épargna pas dans le combat.
  2. (Figuré) Dispenser, préserver quelqu’un d’une chose, ne pas la lui laisser éprouver, ne pas la lui faire subir.
    • Quoi qu’il en soit, l’espérance de revoir le pauvre baron gai et gaillard m’a bien épargné de la tristesse. (Lettre de Madame de Sévigné à Madame de Grignan, à Vichi, mardi 28 mai 1676)
    • Des impôts considérables accablaient les vilains, écrasaient les pauvres gens, épargnant les princes et les ducs, les comtes et les marquis. (Alfred Barbou, Les trois Républiques françaises, 1879)
  3. (En particulier) Laisser la vie sauve.
    • Je fit entendre à la multitude que, si on nous tuait, ces huit prisonniers seraient mis à mort; mais que, si l’on nous épargnait, mes cinq compagnons et moi, nous ferions relâcher les prisonniers sur-le-champ. (Dillon, Voyage dans la mer du sud, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
    • Parfois, ayant tué les hommes de la maison, on épargne les femmes. Mais dans des conditions telles qu'elles aimeraient mieux mourir. (Pierre Nothomb; Les barbares en Belgique., 1915)
    • Des renards bleus, à peine plus farouches que des chiens, nichaient alors dans le local ; j’ai exigé qu’on les épargnât ; pourquoi tuer par plaisir un être, même inférieur […]. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  4. (En particulier) Ne pas porter atteinte.
    • Les habitants d’Houffalize, tapie au fond de sa vallée, au bord de l’Ourthe claire, et que la guerre avait jusque là épargnée, virent arriver les avions […], et une minute plus tard, Houffalize n'existait plus. (Georges Blond, L'Agonie de l'Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, pp.156-157)
  5. (Figuré) Traiter avec ménagement.
    • Épargner la vieillesse, la faiblesse. - Épargner la sensibilité, l’amour-propre de quelqu’un.
  6. Ne pas traiter quelqu’un aussi mal qu’on serait en droit de le faire.
    • Je pouvais lui faire beaucoup de mal, mais je l’ai épargné. - On ne l’a pas taxé aussi haut que les autres, on a voulu l’épargner. - Dans cette lutte, les deux adversaires ne se sont pas épargnés.
  7. (Arts) (Dessin) (Miniature) Employer le blanc du papier ou de l’ivoire pour produire, sans crayon ni peinture, les parties lumineuses.
  8. (Finance) Mettre de l’argent de côté.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]