érudition

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : erudition

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(fin XV) Emprunté au latin eruditio (« instruction, connaissance, science, érudition, enseignement »).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
érudition éruditions
/e.ʁy.di.sjɔ̃/

érudition /e.ʁy.di.sjɔ̃/ féminin

  1. Savoir minutieux dans un domaine restreint d'histoire littéraire, de la philologie classique, en histoire événementielle, ou dans les sciences annexes de l’histoire.
    • Vaste, solide érudition. Érudition mal digérée, sans critique, dénuée de critique. Une érudition poussiéreuse, mal contrôlée et gonflante. Ouvrages d’érudition. Travaux d’érudition. Recherches d’érudition.
    • L'érudition ne remplace pas le génie. (Schopenhauer)
    • Il ne faudrait pas croire cependant que Rarahu fût sans érudition; elle savait lire dans sa bible tahitienne, et écrire, avec une grosse écriture très ferme, les mots doux de la langue maorie; elle était même très forte sur l'orthographe conventionnelle fixée par les frères Picpus, – lesquels ont fait, en caractères latins, un vocabulaire des mots polynésiens.
      (Loti, Le mariage de Loti (Rarahu), 1882)
    • Ne valait-il pas mieux s’abstenir de toute étude que de s’embarrasser d’érudition ? (Paul Guimard, L'Âge de Pierre, 1992)
  2. (Par métonymie) L’ensemble des érudits (en un domaine donné).
    • L’érudition se laisse aller, avec le Nouveau Testament et la littérature connexe, à des exploits qu’elle dédaignerait et condamnerait (à bon droit) dans d’autres domaines. (Bernard Dubourg, L’invention de Jésus, tome I, « L’hébreu du Nouveau Testament », 1987)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]