éteindre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(xiie siècle) Du latin exstinguere.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

éteindre /e.tɛ̃dʁ/ transitif 3e groupe (conjugaison)

  1. Cesser l’ignition d’une chose.
    • Si donc, dans ces conditions, on veut mécher le tonneau, celui-ci ne contenant plus assez d’oxygène dans l'air qu'il renferme, ne pourra entretenir la combustion du soufre, et la mèche s’éteindra dès qu'elle sera introduite. (Claude Ladrey, L'art de faire le vin, 1863, p.217)
    • Vers trois heures, un adjudant passe pour faire éteindre les feux inutiles. A Paris l'on éteint en ce moment un bec de gaz sur deux, mais nous n'obéissons pas; …. (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • Vers 1 heure du matin, je remarque que mon feu rouge de babord est éteint. Je descends le fanal dans le poste pour le rallumer, […]. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  2. (Par analogie) Faire cesser une chose qui rappelle le feu ou ses attributs.
    • Éteindre la lumière.
    • N’oubliez pas d’éteindre l’électricité quand vous sortirez.
  3. (Par extension) Amortir, tempérer.
    • Éteindre de la chaux.
    • Éteindre l’ardeur de la fièvre.
    • L’âge éteint le feu des passions.
    • Une ardeur qui s’éteint.
    • Il parvint à éteindre une guerre qui menaçait d’embraser toute l’Europe.
    • Éteindre une rébellion, une sédition.
    • La sédition va s’éteindre d’elle-même.
    • Éteindre le feu de l’ennemi, faire cesser le tir de l’ennemi par un tir supérieur.
  4. (Figuré) Faire oublier complètement, abolir.
    • Rien ne semblait capable d’éteindre son ressentiment.
    • On veut en éteindre la mémoire.
    • (Droit) Éteindre et abolir un crime.
    • (Droit) Éteindre une rente, la faire cesser par le remboursement du principal.
    • Éteindre une dette.
  5. Adoucir, affaiblir, atténuer.
    • Éteindre des couleurs trop éclatantes dans un tableau.
    • Des couleurs éteintes.
    • Éteindre son style.
    • La souffrance, la tristesse avait éteint l’éclat de ses yeux, la vivacité de ses regards.
    • Un homme éteint.
    • Un génie éteint.


s’éteindre pronominal

  1. S’affaiblir très sensiblement ; toucher à sa fin ; se mourir lentement et presque sans s’en apercevoir.
    • La Belote figure parmi les jeux les plus populaires de notre temps. […]. Elle inspira même chansonniers et revuistes, et l'extraordinaire faveur dont elle jouit ne paraît guère prête de s’éteindre. (Frans Gerver, Le guide Marabout de Tous les Jeux de Cartes, Verviers : Gérard & C°, 1966, p.51)
  2. Se finir faute d’héritiers.
    • Cette maison, cette famille est près de s’éteindre.
    • Cette pairie s’éteignit par la mort du dernier titulaire.
    • Une famille éteinte.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

s’éteindre

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Paronymes[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]