Romulus

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Siècle à préciser) Du latin Romulus.

Nom propre[modifier | modifier le wikitexte]

Romulus masculin

  1. (Antiquité) Fondateur mythique de Rome, frère de Rémus.

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Latin[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Avec, pour variante Remulus, probable diminutif de Remus.

Nom propre[modifier | modifier le wikitexte]

Cas Singulier Pluriel
Nominatif Romulus Romulī
Vocatif Romule Romulī
Accusatif Romulum Romulōs
Génitif Romulī Romulōrum
Datif Romulō Romulīs
Ablatif Romulō Romulīs

Rōmulus /ˈɾoː.mu.lus/ masculin

  1. Romulus dit Silvius, roi d'Albe.
    • Silvius deinde regnat Ascani filius, casu quodam in siluis natus; is Aeneam Silvium creat; is deinde Latinum Silvium. Ab eo coloniae aliquot deductae, Prisci Latini appellati. Mansit Silviis postea omnibus cognomen, qui Albae regnarunt. Latino Alba ortus, Alba Atys, Atye Capys, Capye Capetus, Capeto Tiberinus, qui in traiectu Albulae amnis submersus celebre ad posteros nomen flumini dedit. Agrippa inde Tiberini filius, post Agrippam Romulus Silvius a patre accepto imperio regnat. Aventino fulmine ipse ictus regnum per manus tradidit. (Tite Live, Ab Urbe Condita)
      Ascagne a pour successeur Silvius son fils, né, je ne sais par quel hasard, au fond des forêts. Il est père d'Énée Silvius, qui a pour fils Latinus Silvius. Celui-ci fonda quelques colonies ; ce sont les Anciens Latins ; et depuis ce temps, Silvius resta le surnom commun de tous les rois d'Albe. Puis se succèdent de père en fils, Alba, Atys, Capys, Capétus, Tibérinus : celui-ci se noie en traversant le fleuve Albula, auquel il donne son nom, devenu si célèbre dans la postérité. Tibérinus a pour fils Agrippa, qui lui succède et transmet le trône à Romulus Silvius. Ce Romulus, frappé de la foudre, laisse le sceptre aux mains d'Aventinus. Ce dernier, enseveli sur la colline qui fait aujourd'hui partie de la ville de Rome, lui donna son nom.
  2. Romulus, frère jumeau de Rémus et fondateur de Rome.
    • Inde cum altercatione congressi certamine irarum ad caedem vertuntur; ibi in turba ictus Remus cecidit. Volgatior fama est ludibrio fratris Remum novos transiluisse muros; inde ab irato Romulo, cum verbis quoque increpitans adiecisset, "Sic deinde, quicumque alius transiliet moenia mea," interfectum. Ita solus potitus imperio Romulus; condita urbs conditoris nomine appellata. Palatium primum, in quo ipse erat educatus, muniit. Sacra dis aliis Albano ritu, Graeco Herculi, ut ab Evandro instituta erant, facit. (Tite Live, Ab Urbe Condita)
      Une querelle s'ensuivit, que leur colère fit dégénérer en combat sanglant ; frappé dans la mêlée, Rémus tomba mort. Suivant la tradition la plus répandue, Rémus, par dérision, avait franchi d'un saut les nouveaux remparts élevés par son frère, et Romulus, transporté de fureur, le tua en s'écriant : "Ainsi périsse quiconque franchira mes murailles." (3) Romulus, resté seul maître, la ville nouvelle prit le nom de son fondateur. Le mont Palatin, sur lequel il avait été élevé, fut le premier endroit qu'il eut soin de fortifier. Dans tous les sacrifices qu'il offrit aux dieux, il suivit le rite albain ; pour Hercule seulement, il suivit le rite grec tel qu'Évandre l'avait institué.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Cas Singulier Pluriel
Masculin Féminin Neutre Masculin Féminin Neutre
Nominatif Romulus Romulă Romulum Romulī Romulae Romulă
Vocatif Romule Romulă Romulum Romulī Romulae Romulă
Accusatif Romulum Romulăm Romulum Romulōs Romulās Romulă
Génitif Romulī Romulae Romulī Romulōrŭm Romulārŭm Romulōrŭm
Datif Romulō Romulae Romulō Romulīs Romulīs Romulīs
Ablatif Romulō Romulā Romulō Romulīs Romulīs Romulīs

Rōmulus /ˈɾoː.mu.lus/

  1. De Romulus.
    • nec puer Iliaca quisquam de gente Latinos
      in tantum spe tollet auos, nec Romula quondam
      ullo se tantum tellus iactabit alumno.
      (Virgile, Aeneis, VI)
      Jamais, jamais enfant qui mêlât l’origine
      De la tige Troyenne à la race latine,
      A si haut point d’espoir n’aura mis les Destins
      D’Ilion renaissant ou des Sceptres Latins,
      Ni cette auguste Rome au fort de sa puissance
      N’aura point vu chez elle une telle naissance. (traduction)

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

  • Romulus sur Wikipédia (en latin) Article sur Wikipédia

Références[modifier | modifier le wikitexte]