aïeul

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin avus (« grand-père ») à rapprocher du gotique 𐌰𐍅𐍉 awō (« grand-mère ») et de l’ancien nordique afi (« grand-père ») ; donne en latin populaire le diminutif aviolus dont l’accusatif aviolum donne aiol (xiiie siècle) qui aboutit à aïeul (xvie siècle).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin aïeul
/a.jœl/
aïeuls
ou aïeux
/a.jœl/
ou /a.jø/
Féminin aïeule
/a.jœl/
aïeules
/a.jœl/

aïeul

  1. Grand-parent.
    • Une partie de cette grande fortune fut dépensée à la cour de France par l’aïeul et le bisaïeul du comte Charles; son père en dissipa le reste, et ne lui laissa que des terres grevées d’obligations et d’hypothèques. (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • Les enfants arrêtaient sur leur aïeul des yeux d'une pénétrante vivacité. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, 1832)
    • La terre que l’aïeul paternel de Saint-Ybars, émigré du Canada en Louisiane, avait achetée en 1749, n’était alors qu’un désert dont le centre était occupé par un bosquet de chênes séculaires. (Alfred Mercier, L’Habitation Saint-Ybars, 1881)
    • M. de Montausier racontait avec plaisir les services que son aïeul avait rendus à Henri IV. (Esprit Fléchier, Montausier — cité par Littré)
  2. (Par extension) Vieillard.
    • L’aïeul mourait froid et rigide.
      Il avait quatre-vingt-dix ans.
      La blancheur de son front livide
      Semblait blanche sur ses draps blancs.
      (Guy de Maupassant, L’Aïeul, Des vers, 1880, 3e édition)
    • Qui sert bien son pays n’a pas besoin d’aïeux. (Voltaire)
Note[modifier | modifier le wikitexte]
Au pluriel, on dit aïeuls quand on veut désigner précisément le grand-père paternel et le grand-père maternel.
Ses deux aïeuls assistaient à son mariage.
On dit aïeux, et non aïeuls, pour désigner, soit ceux qui ont vécu dans les siècles passés :
C’était la mode chez nos aïeux.
Gloire immortelle de nos aïeux. (Faust de Gounod, 1859)
Soit les personnes dont on descend :
Ce droit lui vient de ses aïeux.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]