abaque

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Antiquité) (xiie siècle) Du latin abax, abacus, emprunté au grec ἄβαξ, abax (« buffet, table (carrée), table à calcul »)[1][2].
(Architecture) (1561) Même origine, à cause de sa forme carrée.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
abaque abaques
/a.bak/
Un abaque. (1)
Un abaque (2).
Abaque de Pythagore. (3)

abaque /a.bak/ masculin

  1. Compteur à boules chinois pour le calcul.
    • Les nombres écrits sur le papier reproduisent alors les colonnes de l’abaque. (Alphonse Michelot, La Notion de zéro chez l’enfant, 1996)
  2. (Architecture) Tailloir, partie supérieure du chapiteau des colonnes sur laquelle porte l’architrave.
  3. (Antiquité) Tableau couvert de sable fin, sur lequel on traçait des nombres pour enseigner le calcul ou la géométrie.
  4. (Mathématiques) Diagramme, graphique donnant par simple lecture la solution approchée d’un problème numérique.
    Par extension on nomma aussi abaques diverses tables de calcul, dont la plus célèbre est celle de Pythagore. (F. Buisson, Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, partie 1, tome 1, 1882-1893, p. 1)
  5. (Philosophie) En logique, tableau servant à tirer les conséquences logiques de prémisses données.
  6. Table de jeu divisée en compartiments et se rapprochant de nos damiers, de nos échiquiers.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Compteur à boules
Partie supérieur du chapiteau

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  1. Emmanuèle Baumgartner et Philippe Ménard, Dictionnaire étymologique et historique de la langue française, 1996
  2. J. B. Morin, Dictionnaire étymologique des mots françois dérivés du grec, Imprimerie de Crapelet, Paris, 1803 (An XI)