abréger

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : abreger

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin abbreviare.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

abréger /a.bʁe.ʒe/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Rendre plus court.
    • Cette gentillesse qui abrégeait les formes et supprimait les fadaises ridicules que tout garçon se croit tenu de débiter à la belle fille dont il essaie de faire sa maîtresse, m'avait séduit. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
    • Ses débauches, ses chagrins abrégèrent sa vie.
    • La méthode qu’il a pour enseigner le latin abrège de beaucoup le temps des études.
    • Abréger une narration, un discours.
  2. (Absolument) Écourter le discours, aller à l’essentiel.
    • Vous êtes trop long, abrégez.
  3. (Figuré) (Désuet) Faire paraitre moins long.
    • La conversation abrège le chemin.
    • Rien n’abrège le temps comme le travail.
  4. (Linguistique) Écrire (un mot) en partie, le plus souvent sous une forme convenue.
    • On abrège communément « c'est-à-dire » en « c.-à-d. ».
  5. (Linguistique) (Pronominal) (Passif) S’écrire d’une façon plus courte et convenue, en parlant d'un mot.
    • « Monsieur » et « Messieurs » s’abrègent respectivement en « M. » et « MM. ».

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]