acharnement

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

→ voir acharner et -ment

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
acharnement acharnements
/a.ʃaʁ.nə.mɑ̃/

acharnement /a.ʃaʁ.nə.mɑ̃/ masculin

  1. Action d’un animal qui s’attache opiniâtrement à sa proie.
    • L’acharnement d’un loup, d’un animal carnassier.
  2. Fureur opiniâtre avec laquelle des animaux, ou des hommes, se battent les uns contre les autres.
    • L’acharnement de deux dogues l’un contre l’autre. - Ces deux animaux, ces deux hommes se sont battus avec acharnement. - On se battit avec acharnement durant tout le jour.
  3. (Figuré) Animosité opiniâtre qu’on a contre quelqu’un.
    • Le même esprit d’acharnement contre les malheureux Espagnols semblait s’être emparé de tout le pays. (Anonyme, Mexique.- Situation des partis, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Nulle part, l’école de Clermont n’a autant de détracteurs qu’à Clermont même et l’acharnement de ceux-ci n’est pas petit. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité, 1931)
    • Remarquez cet acharnement : pour assassiner l’hébreu du Ier siècle, on est prêt à tout; et si l’on est prêt à tout, c’est parce qu’on ne veut pas que se pose la question d’une rédaction originellement hébraïque du Nouveau Testament. Car là est le nœud de l’affaire. (Bernard Dubourg, L’invention de Jésus, tome I, « L’hébreu du Nouveau Testament », Paris, Éditions Gallimard, 1987, pp. 34-35)
  4. (Par hyperbole) Opiniâtreté.
    • Depuis deux heures Rabalan travaillait avec acharnement. Son casse-pierres se levait et s’abaissait en un mouvement rythmique, sur les cailloux. (Octave Mirbeau, Rabalan,)
    • Ces docteurs confondent, par un grossier sophisme, un idéal qui, en tant que non changeant, peut par pure métaphore être qualifié de mort, avec les hommes, les êtres charnels qui embrassent cet idéal, lesquels, en cet embrassement, peuvent être si peu morts qu’ils se battront avec acharnement pour le défendre. (Julien Benda, La trahison des clercs : Appendice des valeurs cléricales, 1927, éd. 1946)

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]