aliénation

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : alienation

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin alienatio (« aliénation, cession, vente »), de alienare (« aliéner, vendre, céder »), de alienus (« qui appartient à un autre, étranger »), de alius (« autre »).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
aliénation aliénations
/a.lje.na.sjɔ̃/

aliénation /a.lje.na.sjɔ̃/ féminin

  1. (Droit) Transfert à autrui de la propriété d'une chose que l’on a dans son patrimoine.
    • On distingue l’aliénation à titre gratuit (don, legs) et l’aliénation à titre onéreux (échange, prêt de consommation, vente).
    • L’aliénation volontaire, l’aliénation forcée.
    • Aliénation d’un domaine, d’une terre.
    • Ce qu'il y a de singulier dans cette aliénation, c'est que, loin qu'en acceptant les biens des particuliers, la communauté les en dépouille, elle ne fait que leur en assurer la légitime possession, changer l'usurpation en un véritable droit et la jouissance en propriété. (Rousseau, Du contrat social,1762)
  2. Éloignement que des personnes ont les unes pour les autres.
    • Aliénation des volontés, des esprits.
  3. (Médecine) Égarement d’esprit, folie.
  4. (Psychologie) Dépossession de ce qui fait réellement le charme de l'existence; éloignement de la réalité; dépendance à des activités virtuelles, étrangères à la vie réelle; vie fictive.
    • [Le souverain pontife (le pape Benoît XVI)]: y note [dans un message intitulé: "Vérité, proclamation et authenticité de vie à l'âge numérique"] les grandes possibilités offertes par les nouveaux médias et les réseaux sociaux, mais il met en garde contre les risques de dépersonnalisation, d'aliénation et d'autocomplaisance. Il souligne aussi le danger d'avoir davantage de relations virtuelles que de véritables amis. (Le Figaro, 24.01.2011, 'réseaux sociaux: risques d'aliénation') [1]
  5. (Sociologie) Concernant un peuple ou un groupe social: perte d'autonomie, effacement programmé de sa culture, de sa langue et de sa pensée, dépossession de son héritage et de sa culture traditionnelle par une puissance marchande étrangère ou transnationale. Fait de devenir étranger sur son propre territoire. [(Familier) Atteinte aux droits sociaux, politiques et civils des individus.]
    • Mais si l'occidentalisation a provoqué une aliénation chez les musulmans, une aliénation parallèle est apparue dans la communauté avec ce que Laroui nomme médiévalisation, à savoir l'identification de l'Arabe avec le grande époque de l’âge d'or de l'histoire islamique. (P.J. Vatikiotis, L'Islam et l'État, 1987, traduction de Odette Guitard, 1992, p.77)
    • La production massive de l’aliénation trouve désormais sa source et ses points d’appui principaux dans la guerre totale que les industries combinées du divertissement, de la publicité et du mensonge médiatique livrent quotidiennement à l’intelligence humaine. (Jean-Claude Michéa, entretien publié dans À Contretemps n°31, mai 2009) [2]
    • […], Out-el-Kouloub, quant à elle, n’est pas à proprement parler une femme engagée politiquement. Elle se préoccupe du politique en luttant contre les aliénations de l’être afin de réintégrer la femme dans la vie de la cité. (Élodie Gaden, Out-el-Kouloub, romancière égyptienne, musulmane, de langue française : l'altérité culturelle au sein de l’histoire littéraire des femmes françaises, dossier n° 7, LHT, 1er janvier 2011)

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Paronymes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Tout ou partie de cet article est extrait du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition, 1932-1935 (aliénation), mais l’article a pu être modifié depuis.