amour-propre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(1613) Composé de amour et propre au sens de « qui appartient exclusivement à une personne ».

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Invariable
amour-propre
/a.muʁ.pʁɔpʁ/

amour-propre /a.muʁ.pʁɔpʁ/ masculin

  1. (Plus rare) Sentiment légitime et nécessaire qui attache chaque homme à son existence et lui fait rechercher son bien-être.
    • Dans des entreprises semblables, […], il faut écarter tout sentiment d’amour-propre et idée de confort ; ce fut vite fait. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Quelle raison aurais-je de fréquenter chez vous ? J’ai de l’amour-propre. Tout le monde n’apprécie pas d’être la cinquième roue du carrosse. (Anton Tchekhov, Polinka, traduction Anne Coldefy-Faucard, Librio 698, 2004, E.J.L.)
    • L’amour-propre bien entendu est le fondement de plusieurs de nos vertus, est le mobile de beaucoup de bonnes actions.
    • L’amour-propre a été donné à chacun pour veiller à sa conservation.
  2. Importance que l’homme attache à ce qui lui est personnel, opinion trop avantageuse qu’il a de lui-même.
    • Ce n’est pas seulement à chaque individu que la nature a distribué les dons heureux d’amour-propre ; chaque peuple, chaque nation, chaque ville même en a reçu une assez bonne dose. […] Les Français se piquent de politesse ; les Parisiens se glorifient surtout d’avoir dans leur Sorbonne la plus savante école de théologie. (Érasme, Éloge de la folie, 1509, traduction de Thibault de Laveaux en 1780, éd. 1942)
    • Ce n’est qu’en 1913 — avec l’élection de M. Raymond Poincaré à l’Élysée et la désignation de M. Millerand au Ministère de la Guerre — qu’une véritable éruption d’amour-propre national, ou plutôt nationaliste, recouvre la France, plus exactement la presse française, soignée par le gouvernement. (Victor Margueritte, Au bord du Gouffre, 1919)
    • Mrs. Paulina Barnett, présente à l’opération, apprit avec satisfaction qu’elle allait enfin franchir le Cercle polaire. Amour-propre de voyageuse, bien admissible, en vérité. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 1873)
    • D’ailleurs, cela flattait l’amour-propre du vieillard de donner sa fille à ce garçon, issu d’une bonne famille de Guelma, […]. (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Comme la plupart des maris qui sentent le joug d’un esprit supérieur, le marquis sauvait son amour-propre en concluant de la faiblesse physique, à la morale de Julie […]. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, 1832)
  3. (avant début xviiie siècle) Égoïsme.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]