anéantir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

De anientir (« revenir au néant », « réduire à néant »).

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

anéantir /a.ne.ɑ̃.tiʁ/ transitif 2e groupe (conjugaison)

  1. Réduire au néant, mettre à néant.
    • Cette objection s’anéantit d’elle-même.
  2. (Par extension) Réduire à rien, détruire absolument.
    • Les hommes anéantissent leur civilisation avant de l’avoir achevée. Partout ils se battent et s’exterminent, partout ! Jusque dans l’Amérique du Sud, on s’entre-tue. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 283, Mercure de France, 1921)
    • Quelques fumigations opportunément et soigneusement faites, et tout vibrion est anéanti. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité -1931)
    • Mais à lui-même aussi, cette mort serrait le cœur qui, d'un coup, anéantissait un homme en pleine vigueur, dans la fleur de l'âge, sans l'avertir par les prodromes les plus légers, un homme sobre comme il l'était, et cela à quelque temps de la retraite. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
    • Cet homme avait amassé de grands biens et réuni de grands honneurs dans sa famille : tout cela s’est anéanti.
  3. (Par hyperbole) Mettre dans un état d’abattement, de faiblesse.
    • Cette longue course m’a anéanti.
  4. (À la voix passive) Être dans une stupéfaction profonde.
    • Être anéanti.
  5. (Pronominal) (Religion) S’abaisser et s’humilier devant Dieu, par la connaissance qu’on a de son néant.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

→ voir casser#Synonymes

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]