assiéger

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Probable emprunt au latin *assedicare → voir a- et siéger. Le latin obsidere (« assiéger ») a pu l'influencer ; mais l’ancien français assegier a aussi signifié « asseoir, établir » et « faire le siège », les deux notions étant extrêmement voisines : → voir adsideo en latin (« être assis, placé auprès de » et « camper auprès de, assiéger »).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

assiéger transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Militaire) Action de mener un siège, d’encercler une ville, une citadelle.
    • En 508, les Francs, conduits par Clovis, vinrent assiéger Arles. L'évêque Césaire (devenu par la suite Saint-Césaire) n'aurait pas demandé mieux que de livrer la ville au roi chrétien. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. (Par extension) Se presser autour.
    • Les curieux assiégeaient la porte du tribunal.
    • Déjà les eaux débordées assiégeaient notre dernier refuge, nous assiégeaient de toutes parts.
  3. (Figuré) Importuner, poursuivre.
    • Les créanciers m’assiègent de leurs plaintes.
    • Ce souvenir m’assiège.
Note[modifier | modifier le wikitexte]
Le « é » du radical se change en « è » devant un « e » muet sauf au conditionnel et au futur, c’est à dire pour les personnes « je, tu, il, ils » de l’indicatif et du subjonctif présent, ainsi que pour le « tu » de l’impératif présent.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Paronymes[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]