bélier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Bélier

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(1412) Avec changement de suffixe (-ier pour -in), de l’ancien français belin, attesté vers 1151 sous la forme Belinus, nom propre du mouton dans le roman Ysengrimus → voir renard pour un autre exemple de prénom substantivé à la même époque et qui a évincé le mot latin équivalent (pour le bélier : aries).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
bélier béliers
/be.lje/
Un bélier (1).
Un bélier (2).

bélier masculin (équivalent féminin : brebis)

  1. (Élevage) Mouton mâle non châtré, caractérisé par ses cornes en spirales.
    • […] ici, les mères, en divers groupes : là, les agneaux ; plus loin, les béliers. À deux mois, on châtrait les mâles, qu’on élevait pour la vente : tandis qu’on gardait les femelles, afin de renouveler le troupeau des mères, dont on vendait chaque année les plus vieilles ; et les béliers couvraient les jeunes, à des époques fixes, des dishleys croisés de mérinos, superbes avec leur air stupide et doux, leur tête lourde au grand nez arrondi d’homme à passions. (Zola, La Terre, 1887)
  2. (Armement) Machine de guerre médiévale servant à enfoncer les portes blindées des châteaux-forts ; composée d’un tronc et d’une tête justement renforcée, rappelant la tête de l’animal.
    • […] les autres allèrent couper un sapin qu’ils dépouillèrent de ses branches et dont ils firent un bélier pour enfoncer la porte. (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Enfin la dernière nous paraît représenter le bosson, ou bélier des anciens, avec lequel on battait en brèche les murailles avant l'emploi de l’artillerie. (Bulletin monumental, page 337, Société française d'archéologie, 1861)
    • Cette lecture était fréquemment interrompue, non seulement par le choc de la rafale, qui frappait comme un bélier les murailles de la maison, mais aussi par les cris du bébé. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 1873)
  3. Machine à enfoncer les pieux.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

  •  : écouter « bélier »
  • France (Paris) : écouter « bélier [be.lje] »

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]