baume

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Nom 1) (1190) Du latin balsamum. On disait encore quelquefois bâme du temps de La Fontaine.
(Nom 2) (1562) Du gaulois transalpin balma, de même sens et qui a également donné balme. Bien qu'apparu en même temps que ce dernier dans toute la France, il n’a été conservé que par l’occitan durant plusieurs siècles (→ voir balma et bauma). Le mot est attesté surtout en toponymie.

Nom commun 1[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
baume baumes
/bom/

baume /bom/ masculin

  1. Substance résineuse et odorante qui coule de certains végétaux et qu’on emploie souvent en médecine.
    • En chimie, les baumes sont proprement des substances résineuses qui contiennent de l’acide benzoïque ou de l’acide cinnamique. En pharmacie, médicaments qui ont une odeur balsamique.
    • Que sa liqueur [de la vigne] soit un baume de plus
      Versé par vous sur nos blessures.
      (Pierre Jean de Béranger, Brennus.)
  2. (Par extension) Certain médicaments composés, qui sont la plupart d’un usage externe et qui ont une odeur balsamique.
    • Ainsi s’expliquent ces superstitions, ces traditions populaires auxquelles on doit […], toute cette race de bouteilles, a dit Rabelais, contenant élixirs et baumes rares. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Plaie douloureuse et non mortelle, […], murmura la belle et savante chirurgienne ; passe-moi du baume et prépare de la charpie, Gillonne. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
  3. (Figuré) Ce qui adoucit les peines ou dissipe les inquiétudes, les chagrins.
    • J'attends quelque chose de vous comme un baume sur toutes ces blessures. (Voltaire, Lett. vers, 42.)
    • Ce peu de lignes semblait distiller un baume salutaire sur sa blessure. (Jean-Jacques Rousseau, Hél. I, 64.)
    • Un mot, à travers ces barreaux, A versé quelque baume en mon âme flétrie. (André Chénier, 269.)
    • Quand la paix répand son baume Sur les maux qu’on endura. (Pierre Jean de Béranger, Ménétr.)
    • Vous croyez donc que les déplaisirs et les plus mortelles douleurs ne se cachent pas sous la pourpre ? ou qu’un royaume est un remède universel à tous les maux, un baume qui les adoucit, un charme qui les enchante ? (Jacques-Bénigne Bossuet, Marie-Thér.)
    • La tolérance sera regardée dans quelques années comme un baume essentiel au genre humain. (Voltaire, Lett. Helvétius, 26 juin 1765.)
    • Des eaux assez bonnes pour les vieillards cacochymes qui ont besoin de mettre du baume et de la tranquillité dans leur sang. (Voltaire, Lett. d’Argental, 29 mai 1765.)
    • Il y avait une riche veuve qui pleurait encore la perte de son septième mari, et j’offris à son âme ulcérée le baume de mes vœux. (Edgar Poe, L’Ange du bizarre, dans Histoires grotesques et sérieuses, traduction de Charles Baudelaire)
  4. Variété de menthe.
    • Baume des jardins.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun 2[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
baume baumes
/bom/
La grande baume des Malines.

baume /bom/ féminin

  1. Grotte peu profonde, abri-sous-roche, caverne.
    • Une troupe de gens (...) embusqués dans la baume des fées. (Bertrand, Gaspard de la nuit, 1841, p. 150)

Variantes[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]