bonté

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin bonitatem, accusatif de bonitas (« bonté »).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
bonté bontés
/bɔ̃.te/

bonté /bɔ̃.te/ féminin

  1. Qualité de ce qui est bon.
    • Comme les poires ne peuvent se conserver long-temps dans leur premier état de bonté, & qu'on ne peut souvent les garder d'une saison à une autre. (L'agronome ou dictionnaire portatif du cultivateur, Rouen, 1787)
    • La miellée végétale est une substance sucrée répandue sur les végétaux, qui les nourrit et contribue à la bonté des fruits. (Jacques Radouan, Nouveau manuel complet pour gouverner les abeilles et en retirer grand profit, vol.2, p.108, 1840)
    • Grâce à la bonté des mortiers, ces masses renversées ne se sont point disjointes et sont là comme des rochers […]. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  2. Justice.
  3. Qualité morale qui porte à être doux, facile, indulgent, à faire du bien.
    • Hercule a la fougue d’Achille, mais bien plus de bonté. S'il a méfait, il se repent, répare. (Jules Michelet, Bible de l'Humanité, Calmann-lévy, 1876, p.223)
    • Vous, Seigneur, dont la bonté infinie n'a rien donné aux hommes de plus efficace pour effacer leurs péchés que la grâce de les reconnaître. (Jacques-Bénigne Bossuet, Anne de Gonz.)
    • Nous demandons, de grâce, encore un moment ; le roi a de la bonté ; et il sait bien que la chose a été précipitée. (Molière, Impr. 4.)
    • Point de pitié officieuse ? point de secourable bonté ? point d’affection agissante ? (Molière, l'Av. IV, 1.)
    • Il est vrai que du roi la bonté secourable Jette enfin sur la muse un regard favorable. (Nicolas Boileau, Sat. I.)
    • Je m’occupe, je pense, et j'ai pour volupté Ce charme que le ciel attache à la bonté. (St-Lambert, Saisons, Hiver.)
  4. (En parlant d’une femme) Égard.
    • Elle a de la bonté, des bontés pour lui, elle témoigne qu’elle a pour lui un sentiment tendre.
    • Elle a quelque bonté pour moi. (Molière, l'Av. IV, 3.)
    • C'est trop me faire entendre, Madame, mon bonheur, mon crime, vos bontés. (Jean Racine, Brit. III, 7.)
  5. Simple bienveillance ; pure politesse.
    • La bonté que vous avez eue de m’écrire.
    • Quand je parle, ayez la bonté de vous taire.
  6. (Vieilli) Simplicité et trop grande naïveté.
    • Sa bonté l’a ruiné, l’a perdu.
    • Vous avez eu la bonté de le croire !
  7. (Au pluriel) Actes de bienveillance.
    • Que la reine a pour moi des bontés que j'admire ! (Pierre Corneille, Nicom. IV, 2.)
    • Où sont, Dieu de Jacob, tes antiques bontés ? (Jean Racine, Athal. IV, 5.)
    • Thésée à tes fureurs [les fureurs de Neptune] connaîtra tes bontés. (Jean Racine, Phèdr. IV, 2.)
    • Henri victorieux voyait de tous côtés Les ligueurs sans défense implorant ses bontés. (Voltaire, Henr. VIII.)
  8. (Au pluriel) Termes de politesse.
    • Je suis confus de vos bontés. Ayez la bonté de m’apprendre ce dont il s’agit.
    • Nous allons le remercier des extrêmes bontés qu’il nous fait paraître. (Molière, Impr. 10.)
    • Si vous aviez la bonté de me dire la même chose, vous m’obligeriez. (Blaise Pascal, Provençal 4.)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]