boyau

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(xiie siècle) En ancien français buele (« entrailles ») ou boiel[1] ; (1340) boyau. Du latin botellus (« petite saucisse »), diminutif de botulus qui donne l’ancien français buille (« boyaux »), la forme féminine *botella donnant l’ancien français buele.
Longtemps prononcé /bɔ-jo/[2] qui était la prononciation standard, puis /bwa.jo/ sous l’influence de l’orthographe → voir aloyau.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
boyau boyaux
/bwa.jo/

boyau /bwa.jo/ masculin

  1. Intestin, tripes, viscères. Note : se dit des animaux et péjorativement de l’homme.
    • Boyaux de chat, de porc.
    • Rendre tripes et boyaux, vomir avec de grands efforts.
    • Corde à boyau ou corde de boyau, corde faite des boyaux de certains animaux et servant à garnir divers instruments de musique, comme violon, guitare, harpe, etc., à monter des raquettes, et à beaucoup d’autres usages.
    • Racler le boyau, jouer mal d'un instrument.
    1. Membrane de l'intestin qui sert à diverses industries, telles qu'en charcuterie la préparation des boyaux soufflés, la fabrication des baudruches, etc.
      • Léon, de la main droite, soulevait un long bout de boyau vide, dans l'extrêmité duquel un entonnoir très évasé était adapté ; et, de la main gauche, il enroulait le boudin autour d'un bassin, d'un plat rond de métal, à mesure que le charcutier emplissait l'entonnoir à grandes cuillerées. La bouille coulait, toute noire et toute fumante, gonflant peu à peu le boyau, qui retombait ventru, avec des courbes molles. (Émile Zola, Le Ventre de Paris, 1873, p. 692)
  2. (Arts) Long conduit de cuir adapté à une machine hydraulique pour porter l’eau à distance ou pour l’élever à une certaine hauteur.
  3. (Mines) Galerie étroite servant de communication entre deux galeries plus larges.
  4. (Figuré) Espace long et peu large.
    • Cette salle n’est qu’un boyau.
    • Si vous rétrécissez cette galerie, ce ne sera plus qu’un boyau.
    • On étouffait dans ce boyau, étroit et écrasé comme une galerie de mine, que des lampes à gaz éclairaient. (Émile Zola, Nana, 1881)
  5. (Arts) Partie de la tranchée que deux angles terminent.
  6. (Militaire) Voie étroite de communication entre deux tranchées.
    • Mission dangereuse. Il faut ramper par un boyau bouleversé, marmité, où déjà plusieurs des nôtres agonisent. (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.151)
    • Après une longue marche nous arrivâmes à une espèce de broussaille, à des boyaux un peu plus creusés, et à un abri de capitaine, qui n'était guère solide. (Alain, Souvenirs de guerre, p.125, Hartmann, 1937)

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  1. TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé (1971-1994) (boyau)
  2. Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872-1877 (boyau)

Anglais[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Siècle à préciser) Du français boyau, apparenté à bowel.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
boyau
/Prononciation ?/
boyaus
/Prononciation ?/

boyau /Prononciation ?/

  1. (Militaire) Boyau, galerie étroite servant de communication entre des tranchées.
    • Boyaus were typically constructed in a zigzag pattern to prevent exposure to direct enemy fire from the front.