calomnier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(1375) Emprunt savant au latin calumniari qui avait donné chalengier en ancien français → voir challenge et challenger empruntés à l’anglais.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

calomnier /ka.lɔm.nje/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Attaquer, blesser quelqu’un par des calomnies.
    • Qu’il avoue avoir calomnié la comtesse Ludwig de Godesberg, et je le laisse libre d’aller faire pénitence où il voudra. (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Il aurait été exclu du groupe de Tiflis pour en avoir calomnié certains membres afin d'acquérir lui-même plus d'autorité. (Victor Serge, Portrait de Staline, 1940)
  2. (critiquer) en mal, en parlant des actions, des intentions, etc.
    • Si les pièces qu'on y insère n'ont pas toutes le même mérite, au moins est-on sûr de n'y jamais rencontrer de ces fades et plattes rimailles qui, tant de fois on servi de prétexte à calomnier la Poésie. (Journal de Paris, n°1, 1er janvier 1777, p.1)
    • Haï, Épicure le fut et le sera parce qu'il est un des héros de l'humanité. […]. Et si, à sa suite, l'ensemble de l’épicurisme fut maudit, et calomnié comme libertinage dévergondé, c'est parce qu'il guérit de la peur dont tout pouvoir, religieux ou politique, a besoin ! (Robert Redeker, Les épicuriens, professeurs de liberté, dans Marianne du 5 au 11 février 2011, p.72-73)
    • (Absolument) Se plaire à mentir et à calomnier.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]