camarade

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(1571) Apparait avec le genre féminin et le sens de « chambrée de soldats », de l'espagnol camarada (« chambrée ») mot composé de cámara (« chambre ») et -ada, l’italien a camerata (« chambrée ») qui a influencé la forme camerade active en moyen français → voir concubin « celui qui partage le même lit ».

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
camarade camarades
/ka.ma.ʁad/

camarade /ka.ma.ʁad/ masculin et féminin identiques

  1. Celui ou celle qui, en partagent les occupations, la vie d’une ou de plusieurs personnes, contracte avec elles une sorte d’amitié et une communauté d’intérêts.
    • Les ouvriers vaincus sont persuadés que leur insuccès tient à la vilenie de quelques camarades qui n'ont pas fait tout ce qu'on avait le droit d'attendre d'eux; de nombreu­ses accusations de trahison se produisent. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.358)
    • …et, surprenant un homme qui volait la ration d’un camarade, il l’invectiva et le frappa à la face. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 272, Mercure de France, 1921)
    • C'est un lieutenant qui me demande. Au temps où il préparait la licence, il a connu, à Louis-le-Grand, mes camarades et désire me parler d'eux. (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • Dans le train de Cherbourg à Paris, le hasard voulut que je trouvasse comme compagnon de wagon un de mes anciens camarades. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • À quelque cent mètres en avant, dans le même chemin, les trois vaches et les six bouvillons de sa petite camarade, la Tavie, […], prenaient le pas accéléré, excités par les coups de fouet, et les injures vigoureuses . (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. (Politique) Appellation que se donnent entre eux les partisans de certains partis socialistes et communistes.
    • Appel aux camarades socialistes et de toute la gauche:
      Le capitalisme ultra libéral impose au monde les ravages de son illusion idéologique sans rencontrer d'opposition. Les politiques ne se donnent plus les moyens de l'endiguer, ils s'y soumettent lorsqu'ils ne le favorisent pas. Le Traité pour une Constitution Européenne en est un bel exemple.
      (Blog de « Rénovation Socialiste », 2008)
    • Lorsque, à Paris, prit naissance la Revue Commune sous la direction et grâce à l'initiative hardie du camarade Louis Aragon, celui-ci eut l'idée d'ouvrir une enquête. (André Gide, Discours aux étudiants de Moscou, en annexe de Retour de l’U.R.S.S., 1936)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]