chanoine

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) Du latin canonĭcus dérivé du grec κανών, kanôn (« règle »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
chanoine chanoines
/ʃa.nwan/
Un chanoine en cappa magna (1)

chanoine /ʃa.nwan/ masculin (équivalent féminin : chanoinesse)

  1. Religieux qui faisait partie des prêtres membres du conseil de l’évêque et chargés de célébrer l’office.
    • M. Pierre-Nicolas Anot, prêtre, docteur en théologie, chanoine, théologal et grand-pénitencier de Reims, est mort le 21 octobre dernier, âgé de près de 61 ans. (L'Ami de la religion et du roi : journal ecclésiastique, politique et littéraire, n° 964,‎ 5 novembre 1823, p. 397.)
    • Ce volume, petit in-32, semblable à un Annuaire du Bureau des Longitudes, est recouvert de drap pelucheux comme un bréviaire de chanoine, […]. (Jules Verne, Claudius Bombarnac, Hetzel, 1892, chap.6)
    • Vous pensez bien, dit-il, que la nomination d’un chanoine étranger au diocèse n’a pas été considérée d’un œil indifférent par le clergé de Chartres. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  2. Celui qui possède un canonicat dans une église cathédrale, collégiale ou certaines basiliques.
    • Il alla trouver un vieux chanoine de la collégiale de Condé, nommé Josquin, qui avait un génie merveilleux pour la musique. (Charles Deulin, Cambrinus)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

  • chanoinie
  • Chanoine honoraire, ecclésiastique qui a reçu d’un évêque le titre honorifique de chanoine et le droit d’en porter les insignes.
  • Mener une vie de chanoine, mener une vie douce et tranquille.

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]