chef-d’œuvre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
(Redirigé depuis chef-d'œuvre)
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : chef d’oeuvre

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

→ voir chef et œuvre.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
chef-d’œuvre
/ʃɛ.d‿œvʁ/
chefs-d’œuvre
/ʃɛ.d‿œvʁ/

chef-d’œuvre /ʃɛ.d‿œvʁ/ masculin

  1. Ouvrage parfait ou très beau, modèle en son genre.
    • Tous les dix ou douze jours il m'arrivait du continent un peu de viande fraîche, et jamais habitué des salons de Véry ou des frères Provençaux ne s'est promis plus de jouissances gastronomiques à l'aspect du plus succulent chef-d'œuvre culinaire, que moi en voyant fumer sur ma table un morceau de bœuf ou de mouton bouilli. (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, L’Archipel de Chausey, souvenirs d’un Naturaliste, La Revue des Deux Mondes, tome 30, 1842)
    • Modeste, peu surveillée en ceci par des gens sans instruction, donna pour pâture à son âme les chefs-d’œuvre modernes des trois littératures anglaise, allemande et française. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Il est de fait que le Tartuffe est sans contredit la meilleure comédie de Molière, un de ces chefs-d'œuvre dont on n'avait pas encore eu d’exemple à la scène. (Albert du Casse, Histoire anecdotique de l'ancien théâtre en France, vol.2, p.72, E. Dentu éditeur, 1864)
    • Balzac n'a pas payé... Il n'a payé qu'en chefs-d'œuvre : monnaie qui n'a pas cours à l'Académie. (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • Parmi les tailleurs de pierre qui sculptaient les images des cathédrales, il y avait des hommes d'un talent supérieur, qui semblent être demeurés toujours confondus dans la masse des compagnons ; ils ne produisaient pas moins des chefs-d’œuvre. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.360)
    • Le Prologue du Selon-Jean, contrairement à ce que croient, ressassent et font croire les exégètes, est un chef-d’œuvre de la littérature hébraïque. Les quatre assertions sur lesquelles il s’ouvre […] n’ont rien à voir avec la pensée grecque; elles ne contiennent pas la plus petite parcelle d’hellénisme ou de grécité. (Bernard Dubourg, L’invention de Jésus, tome I, « L’hébreu du Nouveau Testament », Paris, Éditions Gallimard, 1987, p. 169)
  2. (Figuré) Summum.
    • C’est un chef-d’œuvre d’habileté, de malice, d’impertinence, etc. : Ce qu’un tel a fait, a dit, annonce beaucoup d’habileté, de malice, d’impertinence, etc.
  3. (Ironique) Erreur.
    • Il a fait là un beau chef-d’œuvre, voilà de ses chefs-d’œuvre : Se dit d’un homme qui a causé quelque désordre, qui a fait quelque chose de mal par inadvertance, par emportement.
  4. (Vieilli) Ouvrage difficile que faisaient les ouvriers, les compagnons dans le métier où ils voulaient obtenir la maîtrise.
    • Présenter son chef-d’œuvre.

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]