cocu

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Cocu

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du coucou, dont la femelle pond ses œufs dans le nid d'autres espèces (parasitisme) ce qui la rend volage (usage attesté dès le XVe siècle).
Le mot français coucou vient lui même de l’ancien français cocu signifiant le coucou, et venait lui-même de l’ancien occitan cogot (coguos, coutz) ou de l’ancien catalan cugus. Le mot cogul signifie aussi bien coucou que cocu dans l’occitan actuel ; il vient du latin coculus dont le second u était prononcé allongé (il signifiait alors coucou) ou bref. En ancien français, cous correspondait à cucus, substitut vernaculaire du cuculus latin. Les mots cocu du français et cogot de l’occitan actuel auraient aussi une autre origine depuis cucutus (traité tel un coucou, dont la femelle est trompée par le mâle) qui a aussi donné cocotte.

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin cocu
/kɔ.ky/
cocus
/kɔ.ky/
Féminin cocue
/kɔ.ky/
cocues
/kɔ.ky/

cocu masculin

  1. Dupé, trompé, victime d’infidélité conjugale.
    • …il la conduirait devant le maire et devant le curé, se disant à lui-même, en manière de consolation, que, s’il était dans son destin de devenir cocu, il le serait certainement moins longtemps que s’il avait suivi l’exemple de ses anciens camarades et s’était comme ces derniers marié vers la trentaine. (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. (Par antiphrase) Chanceux, veinard.
    • Alors toi, aujourd'hui, tu es vraiment cocu, tu pourrais jouer les yeux fermés !

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin cocu
/kɔ.ky/
cocus
/kɔ.ky/
Féminin cocue
/kɔ.ky/
cocues
/kɔ.ky/
Image satirique de 1815 pour dénigrer les cocus (1).

cocu masculin

  1. (Familier) Personne dont le partenaire ou le conjoint est infidèle.
    • Sganarelle : A-t-on mieux cru jamais être cocu que moi.
      Vous voyez qu’en ce fait la plus forte apparence
      Peut jeter dans l’esprit une fausse créance :
      De cet exemple-ci, ressouvenez-vous bien,
      Et quand vous verriez tout, ne croyez jamais rien.
      (Molière, Sganarelle ou le Cocu imaginaire, scène dernière)
    • Lisette : Par ma foi, je lui sais bon gré de cette affaire,
      Et ce prix de ses soins est un trait exemplaire.
      Léonor : Je ne sais si ce trait se doit faire estimer ;
      Mais je sais bien qu’au moins je ne le puis blâmer.
      Ergaste : Au sort d’être cocu son ascendant l’expose,
      Et ne l’être qu’en herbe est pour lui douce chose.’' (Molière, L’École des maris, acte III, scène 9)
  2. Celui qui est trompé, dupé, le dindon de la farce.
    • Dans cette histoire, c’est moi le cocu.
  3. Personne qui a de la chance.
    • Avoir une veine (une chance) de cocu.
  4. (Argot) Escargot (en France dans le Sud-Ouest), peut-être à cause des prétendues cornes dont on affuble parfois les maris trompés, ou à cause de sa coquille (ou coque).

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés dans d’autres langues[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

  • cocu sur Wikipédia Article sur Wikipédia

Références[modifier | modifier le wikitexte]