cogner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin cuneare (« coincer »).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

cogner /kɔ.ɲe/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Frapper fort sur une chose pour la faire entrer ou pour la faire joindre avec une autre.
    • Cogner un clou. Cogner une cheville.
  2. (Par extension) Frapper avec violence.
    • Rencontré Artaud, […], qui s’est pris le pied dans la roue de sa voiture, a cogné la tête dans le marchepied, et est retombé sur une botte de paille ; il aurait voulu le faire qu’il n’y serait jamais arrivé. (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Il sollicita le garçon d’un timbre retentissant, en cognant bruyamment ses vastes pattes. (Victor Méric, Les compagnons de l’Escopette, 1930, p. 11)
    • Deux malabars me cognaient dessus et me laissaient sur le carreau pendant un certain temps puis me ranimaient à coup de seaux d’eau. (Marius Lottaz, Le bourlingueur, page 458, Éditions d'en bas, 1983)
  3. (Absolument)
    • Cogner contre la muraille, sur le plancher.
    • Cogner à la porte.
    • Car si celui-là qui combat n'est point homme mais automate et machine à cogner, où est donc la grandeur du guerrier : je n'y vois plus qu'œuvre monstrueuse d'insecte. (Antoine de Saint-Exupéry, Citadelle (1948), L)

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]