condescendance

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin cum (« avec ») et du verbe français descendre.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
condescendance condescendances
/kɔ̃.de.sɑ̃.dɑ̃s/

condescendance /kɔ̃.de.sɑ̃.dɑ̃s/ féminin

  1. Complaisance qui fait qu’on se rend aux sentiments, aux volontés de quelqu’un.
    • Mme de Rênal s'était trouvée assez de sens pour oublier bientôt, comme absurde, tout ce qu'elle avait appris au couvent ; (…) Avec l'apparence de la condescendance la plus parfaite, et d'une abnégation de volonté, que les maris de Verrières citaient en exemple à leurs femmes, et qui faisait l'orgueil de M. de Rênal, la conduite habituelle de son âme était en effet le résultat de l'humeur la plus altière. Telle princesse, citée à cause de son orgueil, prête infiniment plus d'attention à ce que ses gentilshommes font autour d'elle, que cette femme si douce, si modeste en apparence, n'en donnait à tout ce que disait ou faisait son mari. Jusqu'à l'arrivée de Julien, elle n'avait réellement eu d'attention que pour ses enfants. (Stendhal, Le Rouge et le Noir, 1830)
    • […], je vais vous remettre les deux lignes ; vous les porterez au grand homme en l’assurant d’une entière condescendance à ses désirs ; mais à une condition. (Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Delouche nous offre à chacun la goutte, mais il n'y a qu'un verre et nous buvons tous dans le même. On me sert le premier avec un peu de condescendance, comme si je n'étais pas habitué à ces moeurs de chasseurs et de paysans... ( Alain-Fournier, Le Grand Meaulnes, 1913)
  2. Bienveillance mêlée d'un léger mépris ; comportement distant, presque hautain, arrogant, ou qui pourrait être ressenti comme tel.
    • Oh ! l’ignorance ! murmura le savant, et il ajouta tout haut avec ce ton de condescendance doctorale particulier aux disciples d’Esculape : mon ami, je cueille des simples que je collectionne, afin de les classer dans mon herbier ; […]. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
    • Il saluait chapeau bas tous ceux qui appartenaient à une classe sociale supérieure à la sienne, il traitait avec mépris ou condescendance ses inférieurs, […]. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908, trad. Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, 1921)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]