conversion

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin conversio : retournement, changement de direction.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
conversion conversions
/kɔ̃.vɛʁsjɔ̃/

conversion /kɔ̃.vɛʁsjɔ̃/ féminin

  1. Action de changer une chose en une autre chose.
    • A l’heure actuelle, l’étendue inculte boisable en épicéa étant fortement réduite, son extension est due à la conversion de peuplements feuillus en pessières et au boisement de terres agricoles. (Recherches économiques de Louvain, vol22, p. 566, Université catholique de Louvain, Institut des sciences économiques, 1956)
    • Une variante particulière du gène DCP, qui code pour l’enzyme de conversion de l’angiotensine, peut faire la différence entre quelqu’un qui peinerait à l’effort physique et un athlète de haut niveau dans des sports d’endurance. (La démagogie est-elle génétique ?, dans Le Québec sceptique, n°58, p.17, automne 2005)
    • Le Reichsmark fut converti en francs en deux étapes, introduction d'un « Saarmark » en janvier 1947, conversion en francs en novembre de la même année. (Gilbert Krebs, L'Allemagne, 1945-1955: de la capitulation à la division, Presses Sorbonne Nouvelle, 1996, p.154)
  2. (Militaire) Mouvement par lequel le front d’une troupe change de direction, en tournant ou en pivotant sur l’une de ses extrémités.
    • Va-t-il crier à ses hommes : En avant ! Non, il commande : « Sabre au fourreau ! » Les gendarmes font une conversion à droite ; le chemin est libre ; […]. (Alfred Barbou, Les trois Républiques françaises, 1879)
    • Conversion de pied ferme. Conversion en marchant. Conversion à droite, à gauche.
  3. (Religion) Changement de croyance ou, quelquefois, retour aux pratiques religieuses.
    • Les étranges figures dont tout Mangarévien bigarrait sa peau, […], lui donnaient un air martial et terrible, que ne démentait pas son caractère; car il passait, avant sa conversion, pour le plus féroce insulaire de l’Océanie. (Caret, Archipel de Mangaréva (Iles Gambier), dans Revue de l’Orient, 1844)
    • Mais, depuis la bataille de Tolbiac et la conversion de Clovis, L’Église eut ses coudées franches et put rapidement asseoir son influence à travers le territoire. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  4. (Psychologie) Transposition d'un conflit psychique et tentative de résolution de celui-ci dans des symptômes somatiques, moteurs ou sensitifs. [1]
  5. (Par extension) Retour à une bonne conduite.
    • La mère Malard, branlant son bonnet noir, en a avalé les « Ave Maria » qu’elle bavotte à mi-voix, au long des heures, pour la conversion des pécheurs. (Jean Rogissart, Mervale, p.20, Denoël, 1937)
  6. (Par extension) Changement d’opinions philosophiques ou politiques.
    • Conversion aux doctrines spiritualistes. La conversion aux idées d’un parti politique.
  7. (Cycle du combustible) Transformation chimique de l’uranium en vue de son enrichissement, de son entreposage, ou pour la fabrication du combustible nucléaire.

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Laplanche et Pontalis,Vocabulaire de la psychanalyse

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Anglais[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Puise son origine dans le moyen anglais, lui-même issu de l’anglo-normand conversion qui provient du latin conversio, de convertere.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
conversion
/kən.ˈvɜː.ʒən/
ou /kən.ˈvɜː.ʃən/
conversions
/kən.ˈvɜː.ʒəns/
ou /kən.ˈvɜː.ʃəns/

conversion /kən.ˈvɜː.ʒən/ ou /kən.ˈvɜː.ʃən/

  1. Transformation.
  2. Transformation, altération.

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Publiée le 18/06/2004 par la commission de l'ingénierie nucléaire