cordon bleu

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Surnom donné à un chevalier de l’Ordre du Saint-Esprit (1578-1789), distinction suprême dans l’aristocratie française. La locution désigna, par analogie, ce qui était d’une rare élévation. Le sens culinaire serait né des compliments adressés, par analogie, aux personnes qui excellent en cuisine, aux serveuses en tablier bleu, à moins que le sens ne soit venu d’un club gourmand fréquenté par des porteurs du fameux cordon. On employa un temps l’expression « faire un repas de cordons bleus ». Façon de parler qui serait passée des gourmets aux cuisiniers, avant de désigner, tout à la fois, un plat.

Locution nominale[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
cordon bleu
/kɔʁ.dɔ̃ blø/
cordons bleus
/kɔʁ.dɔ̃ blø/
Un cordon bleu. (3)

cordon bleu /kɔʁ.dɔ̃ blø/ masculin

  1. (Vieilli) Ruban large, moiré et bleu, auquel était attachée la croix de l’ordre du Saint-Esprit. On le disait aussi des chevaliers de l'ordre du Saint-Esprit.
  2. Excellent cuisinier.
    • Ma femme est un véritable cordon bleu.
  3. Empilage de tranches de viande blanche, de jambon et de fromage, plié en deux et pané.
    • Servir les cordons bleus avec un quartier de citron.

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]