cuver

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Verbe 1) (1433) Dénominal de cuve.
(Verbe 2) Le même que le précédant, le buveur étant assimilé à une cuve, ou du latin cubare (« dormir »), variante de couver, voir incubation.

Verbe 1[modifier | modifier le wikicode]

cuver /ky.ve/ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Intransitif) Demeurer dans la cuve en parlant du vin nouveau qu’on y laisse avec la grappe durant quelques jours, pour qu’il se fasse, pour qu’il fermente.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Verbe 2[modifier | modifier le wikicode]

cuver /ky.ve/ intransitif ou transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Intransitif) (Familier) Se reposer après un excès de boisson, dessouler.
    • Tu n'es pas en état de conduire, va cuver!
  2. (Argot des Gadz’Arts) Ne rien faire, feignanter. Échapper à une corvée pour un motif fallacieux
  3. (Péjoratif) Dormir, reposer après avoir bu avec excès, pour dissiper l’ivresse.
    • Parmi les louanges qu'on donne à Bacchus, la plus glorieuse sans doute, c'est qu'il dissipe les soucis, les inquiétudes et les peines. Mais ce n'est pas pour longtemps: l'ivrogne cuve son vin, et les chagrins reviennent en poste. (Érasme; Éloge de la folie, 1509, traduction de Thibault de Laveaux en 1780)
    • Or, le matin, jour de l’élection, Laugu du Moulin et Abel le Rat, après un petit somme pour cuver les cuites de la semaine, s’étant levés et de concert, […]. (Louis Pergaud, Deux Électeurs sérieux, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • La malheureuse était grise et il allait falloir bientôt la transporter dans une salle du premier pour l'y laisser cuver son vin. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
    • Ça fait une semaine que je suis ivre, alors, pour cuver tranquille, j'ai pensé que m'enfermer dans une bibliothèque, ça aiderait. (Francis Scott Fitzgerald, Gatsby le Magnifique, 1925. Traduit de l'américain par Jacques Tournier.)
  4. Garder en soi pour laisser s'apaiser, laisser murir.
    • Cuver son chagrin, sa colère, sa déception, sa vengeance etc.

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]