déférence

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : deference

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Siècle à préciser) Déverbal de déférer, issu du latin deferre (« porter vers ») composé du préfixe dé- et de ferre (« porter »).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
déférence déférences
/de.fe.ʁɑ̃s/

déférence /de.fe.ʁɑ̃s/ féminin

  1. Respect qui porte à se conformer à la volonté, aux désirs, aux sentiments de quelqu’un.
    • Franz et Hermann, les deux archers qui avaient tiré avant lui, lui avaient tendu la main, mais avec un sentiment de déférence qui indiquait que, non seulement ils le reconnaissaient pour leur camarade, mais encore pour leur maître. (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • […], je me croise avec le major Noltitz. Je me range par déférence. Il me salue avec cette grâce qui distingue les Russes de condition. Je lui rends son salut. (Jules Verne, Claudius Bombarnac, Hetzel, 1892, chap.6)
    • Le sécularisme, associé au régime d'une loi qui ne serait pas de provenance divine, s'atrophia et s'écroula. Une plus grande déférence vis-à-vis de l'éthos islamique fut exigée et accordée. (P.J. Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction de Odette Guitard, 1992, p.155)
    • Ce n'était pas une déférence formelle : on avait plus d’estime les uns pour les autres. (Amélie Nothomb, Acide sulfurique)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]