défendre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : defendre

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Date à préciser) Du latin defendere (« repousser, défendre »).

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

défendre /de.fɑ̃dʁ/ transitif 3e groupe (conjugaison)

  1. Protéger une personne contre une attaque.
    • Elle riait de toute sa voix sonore en luttant des bras et des jambes. Désarmée par son rire, elle se défendait à l’aveuglette. (Pierre Louÿs, Trois Filles de leur mère, 1926)
    • Défendre quelqu’un au péril de sa vie. — Défendre ses concitoyens, sa patrie.
  2. (Par extension) Protéger, soutenir contre une agression.
    • A cette nouvelle, femmes et filles se placèrent autour du cercueil du bienheureux, s'entr'exhortant à le défendre vaillamment. (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
  3. (Militaire) Résister à ceux qui veulent se rendre maîtres d'une position militaire, s’opposer aux ennemis qui l’attaquent.
    • Il défendit ce passage à lui seul contre une vingtaine d’assaillants.
  4. (En particulier) Empêcher que l’ennemi ne puisse, sans risquer beaucoup, entrer dans un lieu ou en approcher.
    • Hilperik entra à Paris sans aucune opposition, et logea ses guerriers dans les tours qui défendaient les ponts de la ville, alors environnée par la Seine. (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568))
    • La frontière est défendue de ce côté par plusieurs places fortes.
  5. Garantir, tant au sens propre qu’au sens figuré.
    • La montagne défend cette maison du froid, des vents du nord.
    • Qui le défendra des séductions du monde, contre les séductions du monde ?
    • (Pronominal) Porter un manteau pour se défendre du froid.
    • Il est difficile de se défendre de quelque partialité pour ses proches.
  6. (Spécialement) Soutenir l'innocence de quelqu’un contre ceux qui l’accusent.
    • Portalis, quelque temps après, trouve de l'argent et lance un nouveau journal où il se met à défendre les communards arrêtés et condamnés. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.101)
    • Cet avocat a très habilement défendu son client.
    • (Pronominal) Cet accusé a voulu se défendre lui-même.
    • On ne lui a pas permis de se défendre.
    • (Par extension) Défendre une cause.
  7. (Droit) (Absolument) Fournir des défenses aux demandes de la partie adverse.
    • Il a été condamné faute de défendre.
  8. Prohiber, interdire quelque chose.
    • …je ne voulais pas me faire à l’idée que mon père fût mort, et que plus jamais il ne reviendrait. Durant sa maladie, on m’avait défendu de pénétrer dans sa chambre, et il était parti sans que je l’eusse embrassé. (Octave Mirbeau, Mon oncle,)
    • Saint Louis, […] défendit aux gens du faubourg de Graveillant de rebâtir leurs maisons et fit évacuer le faubourg de la Trivalle. Ces malheureux durent s’exiler. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • En effet, le Marquisien se soucie peu de l'argent et, pour obtenir son copra, certains capitaines exploitent son goût pour l'alcool, ce qui est défendu par la loi mais très difficile d'empêcher. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)

se défendre /sə de.fɑ̃dʁ/ pronominal

  1. Repousser une attaque, une agression quelconque, y résister.
    • La société existe. Elle veut vivre. Donc elle réagit. Supposez qu'elle ne se défende pas : elle serait en quelques heures la proie d'innombrables fripouilles... Tout s'écroulerait. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
    • Il se défendit vaillamment.
    • Se défendre contre un ennemi, contre un assassin, contre un voleur.
    • Il l’a tué en se défendant.
    • Ils se défendirent dans ce poste pendant un jour et une nuit.
  2. (Absolument) Résister aux atteintes de la maladie, de l’âge, etc.
    • Ce vieillard se défend.
  3. Se disculper, nier quelque chose qu’on vous reproche.
    • On l’accuse de telle chose, mais il s’en défend.
  4. S’excuser de faire quelque chose à quoi on voudrait vous obliger.
    • On voulait le forcer d’aller dans cette maison, il s’en est défendu.
    • On voulait lui donner cette mission, il s’est toujours défendu de l’accepter.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Antonymes[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]