député

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : députe

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du bas latin deputatus (« délégué ») participe passé de deputo, deputare (« députer »).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin député
/de.py.te/
députés
/de.py.te/
Féminin députée
/de.py.te/
députées
/de.py.te/

député /de.py.te/

  1. Personne envoyée par une nation, par un corps, etc., pour remplir une mission particulière auprès de quelqu’un, soit seul, soit avec d’autres.
    • C'était un événement assez peu important à Rome que quelques députés passassent chez les barbares transgangétiques… (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d'Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
    • La cité, fatiguée de la souveraineté de ceux-ci, envoya, en 1444, ses députés au-devant de Charles VII pour se donner à lui. (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
  2. Personne nommée, envoyée pour faire partie d’une assemblée où l’on doit s’occuper des intérêts généraux d’un pays, d’une province, d’une confédération, etc.
    • C'était toute la noblesse du bailliage qui se réunissait pour procéder le lendemain à l'élection d'un député aux états-généraux. (Julie de Querangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • Une députation est envoyée à Louis XVI, et Mirabeau, arrêtant les députés sur le point de partie, s'écrie: « […]. (Alfred Barbou, Les trois Républiques françaises, 1879)
    • Pour l’élection du député direct, la municipalité […] obtint du Garde des sceaux l’autorisation de réunir indistinctement dans les paroisses tous les membres du tiers, corporés ou non corporés. (Jean-Louis Masson, Histoire administrative de la Lorraine ; des provinces aux départements et à la région, Paris, F. Lanore, 1982, p.125)
  3. (En particulier) (France) Élu qui représente le peuple à l’Assemblée nationale.
    • En janvier 1826, au milieu d’une fête, quand le Havre tout entier désignait Charles Mignon pour son député, trois lettres, venues de New-York, de Paris et de Londres, furent chacune comme un coup de marteau sur le palais de verre de la Prospérité. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • La Chambre, consultée, s'ajourne au lendemain; les députés, avides de nouvelles, se hâtent de se séparer. (Alfred Barbou, Les trois Républiques françaises, 1879)
    • On s'en prend au Parlement de ce que les choses ne vont pas comme elles devraient aller. C'est bien à tort. Les députés ne sont que ce qu'on les a fait, et les sénateurs aussi, comme de juste. Si nous les choisissions mieux, ils feraient de meilleur besogne. (Émile Thirion, La Politique au village, p. 244, Fischbacher, 1896)
    • Cette déclaration provoqua un fort tapage à la Chambre ; tous les députés qui se piquent de philosophie intervinrent dans le débat; […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.V, La morale des producteurs, 1908, p.315)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikitexte]

député /de.py.te/

Conjugaison du verbe députer
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
député
  1. Participe passé masculin singulier du verbe députer.

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]