empapaouter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

De l’occitan empapautar (« escroquer, arnaquer ») argot très utilisé dans le sud-ouest de la France.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

empapaouter /ɑ̃.pa.pa.u.te/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Argot) Duper, tromper, escroquer.
    • Pas question d’empapaouter les clients, qui se rebifferaient et demanderaient l'arbitrage de l’État. EDF prend même les devants, en s'enfermant elle-même dans un contrat. (Charles Reynaud, Le mythe E.D.F.: naissance et résistance d'une bureaucratie, page 126, L'Harmattan, 1992)
    • Le flou, c'est la pire des choses. Après, les Français disent : "Ces gens essaient de nous empapaouter" (Martine Aubry, face à François Hollande lors du débat du second tour des primaires du Parti socialiste, le 12 octobre 2011)
  2. (Pronominal) (Argot) (Désuet) S’ennuyer, s’emmerder.
  3. (Argot) Pénétrer analement, enculer.
    • Les exercices auxquels elle le contraignit sans relâche durant cette première journée firent regretter à Gédéon son manque de coopération lorsque RoseMary avait désiré l’empapaouter avec son engin. Regrets tardifs et vains! (Bill Ward & Bart Keister, Rosemary Chevrotine, page 26, éd. Dominique Leroy, 1978)
    • Va te faire empapaouter chez les Grecs, salope ! (Raymond Guérin, Les Poulpes, Gallimard, 1953, p. 53)
  4. (Argot) (Par extension) Posséder charnellement, baiser.
    • Peut- être venait-il d'apprendre que son épouse se faisait empapaouter par le charcutier du quartier dès qu'il avait le dos tourné ? (Laurent Vegega, Le Vendeur de thé, Edilivre, p. 53)
    • Il a complètement dévoyé la pauvre fille. — Elle a bien été consentante. — Peut-être, mais il y a tant de filouterie chez certains mâles pour arriver à empapaouter les femmes qu'ils désirent ! André Rochard-Jansen, Nous étions six amis, p. 227, Cheminements, 2005

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]


Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Géo Sandry, Marcel Carrère, Dictionnaire de l'argot moderne, 1956
  • Walther von Wartburg, Französisches etymologisches Wörterbuch: eine Darstellung des galloromanischen Sprachschatzes, 1929
  • Le langage parisien au XIXe siècle, 1920