emprunter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin vulgaire *impromut(u)are, formé sur le latin classique promutuari (« emprunter »).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

emprunter /ɑ̃.pʁœ̃.te/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Demander et recevoir en prêt, obtenir à titre de prêt.
    • En Assyrie, en Égypte, l’intermédiarat existait, et, aussi, le prêt avec intérêt. Les paysans, manquant de blé, empruntaient des lingots d'or ou d'argent pour s'en procurer ; puis, quand il leur fallait rendre ces lingots, ils vendaient la récolte à perte, naturellement, à des trusteurs qui devinrent peu à peu maîtres du marché. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.172)
    • Les entrepreneurs avaient emprunté l’argent de la construction. Le locataire avait hypothéqué l’appartement. Tout le pays spéculait sur la propriété foncière. (André Maurois, Chantiers américains, 1933)
  2. (Figuré) Utiliser, se servir de.
    • Ce raisonnement emprunte de la circonstance présente une nouvelle force.
    • La lune emprunte sa lumière du soleil. — La lune ne luit point d’une lumière qui lui soit propre, elle la reçoit du soleil.
  3. (Figuré) Se servir, user, tirer parti de ce qui est à un autre ou de ce qu’un autre fournit.
    • Sport ludique et convivial, le Padel est un jeu à l'aspect familier car il emprunte sa technicité et son règlement à nombre de jeux que nous connaissons bien : le tennis dont il a hérité du filet, de la balle, et du décompte des points, […]. (Petit Futé; Vendée, 2009-2010, p.49)
    • Il a emprunté une pensée à Homère.
  4. (Linguistique) Introduire un mot d’une autre langue.
    • Cette langue n’a presque rien emprunté aux autres.
    • Ce mot est emprunté au latin.
  5. Suivre une voie, un chemin, une route.
    • La vieille route est une fondrière que sauf le « piéton », porteur de la gazette ou de lettres, nul étranger n’emprunte plus... (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
    • Le revêtement en place, souvent recouvert de gravillons, n'est pas conçu pour être normalement circulable, mais seulement ponctuellement emprunté dans le cadre d'interventions de maintenance.
  6. (Philosophie) Introduire un mot d’un autre.
Note[modifier | modifier le wikitexte]
L’utilisation de de pour la source est vieillie ; aujourd’hui on dit plutôt à.

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]