faiblement

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivé de faible avec le suffixe -ment.

Adverbe[modifier | modifier le wikitexte]

faiblement /fɛ.blǝ.mɑ̃/

  1. D’une manière faible.
    • Nos malheurs jusqu'ici vous touchent faiblement. (Pierre Corneille, Hor. III, 6.)
    • Que le cœur d’une femme est mal connu de vous, Et que vous savez peu ce qu’il veut faire entendre, Lorsque si faiblement on le voit se défendre ! (Molière, Tart. IV, 5.)
    • Rome s'accroissait, mais faiblement. (Jacques-Bénigne Bossuet, Historique I, 7.)
    • Il faut prendre sur soi certaines choses décisives où l’on ne peut vous conseiller que faiblement. (Jacques-Bénigne Bossuet, Polit. X, IV, 4.)
    • Je m’en plaignis, mais si faiblement que je n'insistai point. (Pierre de Marivaux, Marianne, 1re part.)
    • Après cette paix, la France se rétablit faiblement. (Voltaire, Louis XV, 30.)
    • Le marquis d’Argens vient d’imprimer à Berlin le discours de l’empereur Julien contre les Galiléens, discours à la vérité un peu faible, mais beaucoup plus faiblement réfuté par saint Cyrille. (Voltaire, Lett. de Bordes, 6 oct. 1764.)
    • Je me croirais haï, d’être aimé faiblement. (Voltaire, Zaïre, I, 2.)
    • J'ai peur que la raison, l’amitié filiale Combattent faiblement l’illusion fatale. (Voltaire, Scythes, I, 3.)
    • C'est la plus faiblement écrite de mes pièces de théâtre, mais la plus pathétique. (Jean-François Marmontel, Mém. IV.)
    • Il poussa la porte si fort que le fer à cheval suspendu au linteau de chêne tinta faiblement. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]