ferme

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : fermé

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Adjectif, interjection) Du latin firmus (« solide, ferme »), apparenté à forma (« forme »).
(Adverbe) Du latin firme (« solidement, fermement »).
(Nom commun 1) Déverbal de fermer [1] au sens ancien de « établir d'une manière ferme, fixer », de là « donner en exploitation selon une convention bien établie, donner à ferme, affermer ». Le latin médiéval a firma au sens de « bail à ferme » attesté pour le domaine anglo-saxon depuis 1100 → voir firme. L’ancien français avait, pour variante, farme, peut-être apparenté à l’allemand Farm, à l’anglais farm issus d’un étymon différent ; les étymologistes anglo-saxons [2] penchent pour une origine anglo-saxonne du latin médiéval ferma, firma.
(Nom commun 2) Déverbal de fermer au sens de « attacher, fixer ».

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
ferme fermes
/fɛʁm/

ferme /fɛʁm/ masculin et féminin identiques

  1. Qui a de la consistance, de la dureté.
    • Un terrain ferme.
    • Un gâteau de pâte ferme.
    • Ce poisson a la chair ferme.
    • Les cœurs se font eux-mêmes des nœuds plus serrés ; et comme les os se rendent plus fermes dans les endroits des ruptures, à cause du secours extraordinaire que la nature donne aux parties blessées ; de même les amis qui se réunissent envoient pour ainsi dire tant d’affection pour renouer l’amitié rompue, qu’elle en demeure à jamais mieux consolidée. (Jacques-Bénigne Bossuet, Sermon pour le temps du jubilé sur la pénitence, I)
    • Elle l’observait en train de s’étirer ; sa belle culotte d’un rouge bordeaux profond mettait en valeur ses fesses fermes.
  2. Qui tient fixement.
    • Ce plancher est ferme.
    • Et, de la majesté des lois
      Appuyant les pouvoirs suprêmes,
      Fait demeurer les diadèmes
      Fermes sur la tête des rois.
      (François de Malherbe, Poésies : Livre premier : Odes : VII : À la Reine [Marie de Médicis], sur les heureux succès de sa régence, 1610)
    • La mer est donc dans un état ferme d’équilibre ; et, si, comme il est difficile d’en douter, elle a recouvert autrefois des continents aujourd’hui fort élevés au-dessus de son niveau, il faut en chercher la cause ailleurs que dans le défaut de stabilité de son équilibre. (Laplace, Exposition du système du monde, IV, 12)
  3. (Figuré) Dont les propriétés sont stables.
    • Je ne sais s’il y a moyen de donner des règles fermes pour accorder les discours à l’inconstance de nos caprices. (Blaise Pascal, Pensées, I, 3)
    • Pour m’attacher à vous par de plus fermes nœuds. (Thomas Corneille, Ariane, II, 4)
    • Il [Épaminondas] insista principalement sur la nécessité qu’il y avait de fonder la paix sur l’égalité et sur la justice, parce qu’il ne pouvait y avoir de paix ferme et durable que celle où toutes les parties trouvaient un avantage égal. (Charles Rollin, Histoire ancienne, livre XII (Suite de l’histoire des Perses et des Grecs depuis la paix d’Antalcide jusqu’à la mort d’Artaxerxe-Mnémon), chapitre I, IV)
    • La justice, plus exactement rendue sous le règne d’Élisabeth que sous aucun de ses prédécesseurs, fut un des fermes appuis de son administration. (Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, CLXVIII : De la reine Élisabeth)
    • Orbassan de nos lois est le plus ferme appui. (Voltaire, Tancrède, I, 1)
  4. Qui se tient sans chanceler.
    • Être ferme sur ses pieds, à cheval.
    • Être ferme sur ses étriers : Se tenir d’aplomb à cheval.
  5. Vigoureux, fort, en bonne santé
    • Et par là il a fallu que l’artère, qui devait avoir un battement si continuel et si ferme, fût d’une consistance plus solide et plus dure que la veine. (Jacques-Bénigne Bossuet, De la connaissance de Dieu et de soi-même, II, 8)
    • Malgré une constitution très-ferme et une vie toujours très-réglée d’un bout à l’autre, Mery se sentit presque tout-d’un-coup abandonné de ses jambes vers l’âge de soixante-quinze ans, sans avoir nulle autre incommodité. (Bernard le Bouyer de Fontenelle, Éloge de Mery)
    • Le baron, embrassant M. de Forlis : Votre santé, monsieur ? - M. de Forlis : Assez ferme. Et la tienne, Baron ? (Boissy, Les Dehors trompeurs, II, 10)
  6. (Arts) (Littérature) Qui a le caractère de la vigueur, désigne une manière d’exécuter vigoureuse et hardie.
    • Ce dessinateur a une touche très ferme.
    • Il a un coup d’archet très ferme.
  7. (Figuré) Qui a de la solidité morale, qui ne se laisse ni changer ni détourner ; constant, invariable, inébranlable.
    • Courage, Reine sans pareille :
      L’esprit sacré qui te conseille
      Est ferme en ce qu’il a promis.
      (François de Malherbe, Poésies, LVIII)
    • Vous paraissiez plus ferme en vos intentions. (Pierre Corneille, Cinna ou la clémence d’Auguste, III, 2)
    • Oui, je lui dois assez, seigneur, quoi qu’il en soit,
      Pour vous payer pour lui de l’amour qu’il vous doit ;
      Et je vous le promets, entier, ferme et sincère.
      (Pierre Corneille, Héraclius empereur d’Orient, V, 3)
    • Il [Annibal] m’a surtout laissé ferme en ce point
      D’estimer beaucoup Rome et ne la craindre point.
      (Pierre Corneille, Nicomède, II, 3)
    • Je l’ai toujours connu ferme dans son devoir. (Pierre Corneille, Œdipe, III, 4)
    • Le plus ferme souvent manque à ce qu’il propose ;
      Et la force au besoin m’obtiendra toute chose.
      (Jean de Rotrou, Hercule mourant, I, 6)
    • Et on l’a cru avec tant de certitude, que les philosophes en ont fait un des grands principes de leur science, et le fondement de leurs traités du vide : on le dicte tous les jours dans les classes et dans tous les lieux du monde, et depuis tous les temps dont on a des écrits, tous les hommes ensemble ont été fermes dans cette pensée, sans que jamais personne y ait contredit jusqu’à ce temps. (Blaise Pascal, De la pesanteur de l’air, Conclusion des deux précédens traités)
    • [Un cœur…] noble pour s’élever au-dessus des passions et des intérêts, tendre pour assister les malheureux, ferme pour résister à l’iniquité. (Esprit Fléchier, Oraison funèbre de monsieur le premier président de Lamoignon)
    • Je demeure ferme dans le dessein de quitter… (Marquise de Maintenon, Lettre à l’abbé Gobelin, 6 août 1674)
    • Avec une âme juste et ferme, j’ai désiré que mon enfant eût un esprit droit, éclairé, étendu. (Denis Diderot, Mélanges de littérature et de philosophie : Lettre à la comtesse de Forbach, sur l’Éducation des enfants)
    • Le ladre a été ferme à toutes les attaques. (Molière, L’Avare, II, 6)
  8. (En particulier) Qui ne se laisse point abattre par l’adversité, intimider par le péril.
    • Une âme ferme.
    • L’ébranlement sied bien aux plus fermes courages. (Pierre Corneille, Horace, I, 1)
    • Il [Valentinien] était chaste, libéral, humain, ferme dans la mauvaise fortune, et modéré dans la bonne. (Esprit Fléchier, Histoire de Théodose le Grand, IV, 34)
    • Je vous crois fort au-dessus des revers que vous avez essuyés. Toutes les âmes nobles sont fermes. (Voltaire, Lettre à M. de la Borde, banquier de la cour, À Ferney, 16 avril 1770)
  9. Se dit des choses en un sens analogue, de la volonté, l'espérance, la foi…
    • La vertu la plus ferme évite les hasards. (Pierre Corneille, Polyeucte martyr, II, 4)
    • C’est peut-être un dessein mal ferme que le sien. (Pierre Corneille, Sertorius, IV, 1)
    • Louis XIV, après huit ans de désastres dans la guerre de la succession d’Espagne, prit la résolution ferme d’aller combattre lui-même à la tête de ce qui lui restait de troupes, quoique à l’âge de soixante-dix années. (Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations : Fragmens sur l’Histoire, article XVIII : Défense de Louis XIV)
    • Des actions fermes, et des paroles simples, voilà le vrai caractère des anciens Romains. (Voltaire, Commentaires sur Corneille : Remarques sur Pompée, acte IV, scène III)
  10. Qui révèle de la fermeté, qui est assuré
    • Ce ton ferme et résolu déconcerta l’adversaire.
    • Voilà Ulysse lui-même ; voilà ses yeux pleins de feu et dont le regard était si ferme. (François de Salignac de la Mothe Fénelon, Les Aventures de Télémaque, IX)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Qui tient fixement
robuste

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Qui a de la consistance, de la dureté
mou
Qui tient fixement
instable, précaire, branlant, bringuebalant

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Adverbe[modifier | modifier le wikitexte]

Invariable
ferme
/fɛʁm/

ferme /fɛʁm/ invariable

  1. D’une manière ferme, fermement, fortement.
    • Tenir quelque chose bien ferme. Frapper ferme.
  2. Faire ferme : S’arrêter dans une retraite, et tenir tête à l’ennemi.
    • Le général Stenau fit ferme avec deux régiments. (Voltaire, Charles XII, 2)
    • [Il] Fit ferme quelque temps et puis se démentit. (Tristan, M. de Chrispe, I, 3)
    • Il faut faire ici ferme et montrer du courage. (Pierre Corneille, Œdipe, V, 4)
  3. Parler ferme à quelqu’un : Lui parler avec force, et de manière à lui en imposer.
    • Vous me parlez bien ferme, et cette suffisance… (Molière, Le Misanthrope, I, 2)
  4. Se dit aussi de la solidité d’un terrain.
    • … vous trouverez de la consistance au milieu de l’inconstance des choses humaines […] Vous demeurerez immuables, comme si tout faisait ferme sous vos pieds, et vous sortirez victorieux. (Jacques-Bénigne Bossuet, Panégyrique de Saint Benoît, 2)

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Interjection[modifier | modifier le wikitexte]

Invariable
ferme
/fɛʁm/

ferme /fɛʁm/ invariable

  1. (Vieilli) S’emploie pour exciter, encourager.
    • Allons, ferme ! Poussez, mes bons amis de cour. (Molière, Le Misanthrope, II, 5)
    • Ferme ! Continuez à ne vous pas entendre. (Lachaussée, Préjugé à la mode, I, 4)

Nom commun 1[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
ferme fermes
/fɛʁm/

ferme /fɛʁm/ féminin

  1. (Droit) Convention par laquelle un propriétaire abandonne à quelqu’un, pour un temps déterminé, la jouissance d’un domaine agricole ou d’un droit, moyennant une redevance.
    • Donner ses terres à ferme.
    • La ferme des chaises de l’église.
  2. (Par extension) Exploitation agricole donnée à ferme.
  3. (Par extension) Exploitation agricole, de tout mode de faire-valoir.
  1. (Histoire) Système de perception des impôts dans lequel le fonctionnaire (fermier) payait d’avance une somme forfaitaire au roi, pour ensuite se payer en percevant les sommes dues, la différence formant son salaire.
    • La ferme des gabelles, la ferme générale.

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun 2[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
ferme fermes
/fɛʁm/

ferme /fɛʁm/ féminin

  1. (Architecture) Assemblage de pièces destinées à supporter le faîtage, les pannes et les chevrons d’un comble.
    • La maison, dont les fermes furent renforcées par des jambettes et des arcs-boutants, put dès lors supporter des poids considérables. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 1873)
  2. (Théâtre) Décor de théâtre monté sur châssis glissant latéralement ou s’élevant des dessous par des trappes, disposé en avant de la toile de fond.

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikitexte]

Conjugaison du verbe fermer
Indicatif Présent je ferme
il/elle/on ferme
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je ferme
qu’il/elle/on ferme
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
ferme

ferme /fɛʁm/

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de fermer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de fermer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de fermer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de fermer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de fermer.

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Occitan[modifier | modifier le wikitexte]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin firmus (« solide, ferme »), apparenté à forma (« forme »).

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Nombre Singulier Pluriel
Masculin ferme
/Prononciation ?/
fermes
/Prononciation ?/
Féminin ferma
/Prononciation ?/
fermas
/Prononciation ?/

ferme /ˈfeɾme/

  1. Ferme.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]