francique

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Francique

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(xviiie siècle) Mot composé de Franc et -ique.

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
francique franciques
/fʁɑ̃.sik/
En bleu et vert : les zones d’extension des parlers franciques.

francique /fʁɑ̃.sik/ masculin et féminin identiques

  1. (Histoire) Relatif aux Francs.
    • Il avait composé son armée, en grande partie, de troupes gauloises et franciques. (Jules Michelet, Histoire de France, tome 1, p. 94, 1880)
  2. Relatif aux dialectes du vieux bas allemand occidental. On parle dans ce cas plutôt de "bas-francique"
  3. Relatif aux dialectes du moyen allemand occidental actuel.
  4. Relatif aux dialectes de l'allemand supérieur actuel, au nord du bassin.
    • Les langues franciques sont un groupe de langues et de dialectes qui appartiennent pour deux tiers au groupe du moyen allemand (partie occidentale, zone en vert sur la carte ci-contre) et pour un tiers à l'allemand supérieur, zone en bleu sur la carte ci-contre.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
francique franciques
/fʁɑ̃.sik/

francique /fʁɑ̃.sik/ masculin

  1. (Linguistique) Langue des Francs ou des régions peuplées par les Francs. Note : Le terme exact est « vieux francique » ou « vieux bas francique » (code ISO 639-3 frk), pour le distinguer des parlers franciques encore vivants.
    • Le vieux bas francique ne nous est transmis que très partiellement sous forme écrite : quelques mots dans la Lex Salica, la Loi salique, deux seulement chez Grégoire de Tours.
    • Le vieux francique a formé l’une des langues souches du vieux-haut-allemand dont les écrits et les travaux de traduction des clercs copistes des grands scriptoria dans les monastères ont laissé quelques traces écrites. On peut citer entre autres :
      • La traduction de "De fide catholica contra Judeos" de Mgr. Isidor de Séville
      • la traduction de l'Harmonie des évangiles ou Diatessaron de Titien.
      • L’Heliand
      • Les Serments de Strasbourg
      • L'Harmonie des évangiles de Otfried de Wissembourg
      • Le catéchisme wissembourgeois
      • La chanson de Louis (Ludwigslied)
      • Dans des prières, incantations, bénédictions quotidiennes
      • Dans les "Entretiens", gloses et glossaires pour voyageurs
  2. (Par extension) Nom désignant certaines langues ou dialectes germaniques parlés en Allemagne, au Luxembourg, en France et en Belgique.

Hyponymes[modifier | modifier le wikitexte]

Paronymes[modifier | modifier le wikitexte]

Paronymes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]