fredonner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(1547) De fredon, « refrain », du latin fritinnire « gazouiller ».

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

fredonner /fʁǝ.dɔ.ne/ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Vieilli) Faire des fredons.
  2. Chanter entre ses dents, sans articuler d’une manière distincte et sans y apporter d’attention.
    • Elle fredonne sans cesse. Elle aime à fredonner.
  3. (Transitif) Chanter entre ses dents.
    • […] tantôt le bon chevalier fredonnait en lui-même la chanson de quelque troubadour amoureux […] (Walter Scott, Ivanhoé, traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Étant des guerriers du vieux jeu,
      Prêts à combattre pour Hélène,
      Chez nous on fredonne assez peu
      Les airs venus de Mitylène
      [sic]. (Théodore de Banville, Les Lapins)
  4. (Rare) Chanter, en parlant de la fauvette.
    • Tout ſe r’anime, & les Chantres des airs
      Donnent ſans Art d’harmonieux Concerts,
      Dans un Bocage on entend la Fauvette,
      Sur les guérêts fredonner l’Aloüette :
      En embuſcade, épiant un Mouton,
      Près d’une Haye, un fils de Lycaon,
      Dont par tes Chiens l’odeur eſt pourſuivie,
      Atteint d’un Plomb, perd ſon ſang & la vie.
      (J. F. Laugier, Épître à M. le Comte de Germini, in Poëſies diverſes, Lechesne, Imprimeur-libraire, Nancy, 1759)
    • L’étourneau pisote (—pusitat).
      Le faon
      râle.
      La fauvette
      fredonne.
      Le geai
      cajole (—fringulit).
      La grenouille coasse.
      (Pierre-Auguste Lemaire, Grammaire des grammaires, tome second, A. Cotelle, Libraire-éditeur, 1853 (Paris, 15e éd.))
    • Le latin le suit dans tous ses progrès. Le sens de minurire serait mitoner, dont on a détourné la signification ; on pourrait aussi bien créer le terme de mirliter, par honneur pour le mirliton. Tinnire appellerait tinter, ou peut-être tinrelintiner. Fringulire a trouvé son équivalent dans fringotter. Tous les autres verbes peuvent se partager entre fredonner et gazouiller qui n’annoncent que des essais, que des études, et qui sont au ramage ce que la chantonnerie est au chant. (Louis Nicolardot, La Fontaine et la Comédie humaine : suivi Du langage des animaux, E. Dentu, Éditeur, Paris, 1885)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]