gésir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : gesir

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin jăcēre (« être couché, étendu »).

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

gésir /ʒe.ziʁ/ intransitif 3e groupe (conjugaison)

  1. Être étendu, couché.
    • Çà et là gisaient des cadavres à demi dévorés par les bêtes fauves et les vautours. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Une centaine d’hommes gisent sur le pavé ; les uns sont tués roides, d’autres atteints mortellement. (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Camus, au pied de l’arbre, gisait couché sur le dos, tout pâle, les yeux clos. Nul doute qu’il n’était monté à l’arbre et avait dégringolé. (Louis Pergaud, La Traque aux nids, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Un scaphandrier islandais a plongé. Il a constaté que le Pourquoi pas ? gisait par 15 m de fond et que son étrave était brisée en quatre endroits. (José Gers, Sur la mort du Pourquoi pas ?, France libre, vol. 6, 1936)
    • Sur l’établi du charpentier, un pied de chaise en réparation gisait à côté du ciseau qui ne l’avait qu’entamé […] (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • L’île de Makemo gisait à près de quatre-vingt milles de Raroia. (Alain Gerbault, À la poursuite du Soleil; t. 1, de New-York à Tahiti, 1929)
    • Il farfouilla dans les papiers qui gisaient sur la table. (Henry Miller, L'ancien combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
    • Ici-gît une feuille morte
      Ici finit mon testament.
      (Georges Brassens, Le Testament, in Je me suis fait tout petit, 1956)
    • Je voyais donc que j’étais Ulysse après le naufrage, échoué sur une plage indéterminée, et avant d’y élaborer un plan je savourais l’étonnement d’avoir survécu, de posséder des organes intacts et un cerveau pas plus atteint qu’avant, et de gésir sur la partie solide de la planète. (Amélie Nothomb, Pétronille, Albin Michel, Paris, 2014, p. 13)
  2. (Plus rare) Être caché, se trouver, consister.
    • J’ai moi-même gardé longtemps une sensation d’inquiétude générale […] Elle a eu pour origine le résidu, gisant dans le tréfonds de mon être, des conversations dont ma jeunesse fut bercée. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • La question de savoir si une infraction a été commise dans une intention frauduleuse ou à dessein de nuire gît donc en fait et est dès lors laissée à l'appréciation souveraine du juge du fond. (Laurence Deklerck, ‎Roland Forestini & ‎Philippe Meurée, Manuel pratique d'impôt des sociétés, De Boeck Supérieur, 2003, p.369)
Note[modifier | modifier le wikicode]
Verbe défectif qui ne s’utilise surtout que sous certaines formes, dont gisant et l’épitaphe ci-gît untel.

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]