gloire

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin gloria (« gloire, réputation, renom, renommée »).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
gloire gloires
/ɡlwaʁ/
Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus dans la gloire.

gloire /ɡlwaʁ/ féminin

  1. La renommée brillante, universelle et durable, l’éclat que les vertus, le mérite, les grandes qualités, les grandes actions ou les grandes œuvres attirent à quelqu’un.
    • Dire, publier quelque chose à la gloire de quelqu’un, dire, publier une chose qui lui fait honneur.
    • Rendre gloire à la vérité, rendre témoignage à la vérité.
    • Se faire gloire de quelque chose, s’en faire honneur, ou en tirer vanité.
    • Ce n’est pas par gloire qu’il a dit cela, qu’il a fait cela, ce n’est pas par ostentation.
    • La gloire du monde passe vite.
    • Ainsi passe la gloire du monde (sic transit gloria mundi)
    • Pourquoi restaurer les histoires vermoulues et poudreuses du moyen-âge, lorsque la chevalerie s’en est allée pour toujours, accompagnée des concerts de ses ménestrels, des enchantements de ses fées et de la gloire de ses preux ? (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Les gens de lettres, quand ils en reparlent, citent avec convoitise la somme qu’il a rapportée à son auteur. Le succès monétaire est la forme bourgeoise la plus élevée de la gloire, celle que prisent et que préfèrent les artistes et les écrivains modernes. (Paul Lafargue, Sapho, paru dans Le Socialiste, 2 janvier 1886)
    • Quand je revins avec une gloire si chèrement payée, au prix de tant de fatigues et de sang, je la trouvai mariée à un petit seigneur gascon dont le nom ne fut jamais cité au-delà des limites de son mesquin domaine. (Walter Scott, Ivanhoé, Traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Il n’y a pas à dire, mais quand les dieux ou les destins, comme vous voudrez, ont décidé qu’ils vous feraient trébucher sur la route de la gloire ou de la fortune, il est inutile de regimber. (Louis Pergaud, La Chute, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • L’anecdote est flatteuse pour la gloire de Raschi. Il ne lui manque que d’être vraie. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. (Par extension) Personne dont les actions, les talents, les œuvres, etc., sont célèbres.
    • Être la gloire de son pays, de son siècle, etc., se dit d’une personne dont les actions, les talents, les œuvres, etc., sont un sujet de gloire pour son pays, pour son siècle, etc.
    • Ce poète, ce savant est une des gloires de son pays.
  3. (Plus rare) Chose unique et remarquable.
    • Mais à trente yards, à peu près à l’est de cet arbre se dressait la gloire de la vallée, l’arbre le plus magnifique, sans aucun doute, que j’aie vu de ma vie. (Edgar Poe, Le cottage Landor, dans Histoires grotesques et sérieuses, traduction de Charles Baudelaire)
  4. (Religion) Hommage rendu à Dieu.
    • Rendre gloire à Dieu.
    • Toutes nos actions tendent à la plus grande gloire de Dieu.
  5. (Religion) Éclat, splendeur.
    • Vous me l’aviez donné, vous me le reprenez :
      Gloire à vous ! J’oubliais beaucoup trop votre gloire
      Dans la langueur d’aimer mieux les trésors donnés
      Que le Munificent de toute cette histoire.
      (Paul Verlaine, Lucien Létinois)
  6. (Religion) Béatitude dont on jouit dans le paradis.
    • Il faut songer qu’à cette époque il y avait en Afrique un assez grand nombre de montanistes qui exaltaient beaucoup la gloire du martyre et n’admettaient point que l’on eût le droit de fuir la persécution. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, p.258)
  7. (Peinture religieuse) Cercle de lumière, auréole qui se met autour de la tête des saints ou des personnes illustres par leurs vertus.
    1. (Peinture religieuse) Représentation du ciel ouvert, avec les personnes divines, les anges et les bienheureux.
      • C’est là plus qu’une métaphore. Hippocrate fut représenté à l’époque byzantine comme un Christ en gloire tenant ouvert son livre des Aphorismes. (Jacques Jouanna, Hippocrate, Fayard, 1992)
    2. (Sculpture religieuse) Assemblage de rayons divergents, entourés de nuages, et au centre desquels on figure ordinairement la trinité sous la forme d’un triangle.
    3. (Théâtre) Machine suspendue et entourée de nuages, sur laquelle se placent les personnages surhumains qui doivent descendre du ciel ou y monter.
      • On fait descendre et monter les gloires au moyen de contrepoids.
  8. (Météorologie) (Optique)
    Gloire autour de l’ombre d’un avion
    Phénomène optique où l’on voit son ombre projetée sur un nuage et entourée d’un halo irisé.

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]