goinfrer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(1642) Dérivé de goinfre avec la désinence -er.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

goinfrer /ɡwɛ̃.fʁe/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Familier) (Intransitif) Manger beaucoup et gloutonnement, s'empiffrer.
    • La ration de l’engagé fait seulement la moitié de la semaine, et l’autre moitié papa et maman vont goinfrer chez les autres. (Marius-Ary Leblond, Les Sortilèges, 1905)
  2. (Familier) (Transitif) Faire manger quelqu'un avec excès.
    • De chouettes gens (...) qui me goinfrent de repas au Quirinal (Fernand Trignol, Pantruche ou les mémoires d'un truand, 1946).
  3. (Argot) (Transitif) Fournir largement.
    • Tous mes crevards, que je dois goinfrer de pognon, pour (...) qu'ils aient pas le temps (...) de devenir curieux (Albert Simonin, Touchez pas au grisbi, 1953.).
  4. (Argot) (Pronominal) S'en mettre plein les poches, soutirer un maximum d'argent.
    • On arque vers l'entrée de cette citadelle conçue par Walt Disney et interprétée par des architectes bien décidés à se goinfrer. (San Antonio, Trempe ton pain dans la soupe, S-A 173, Fleuve Noir, 1999).
    • J'ai pas l'intention de me goinfrer de la part de Riton. (Albert Simonin, Touchez pas au grisbi, 1953.)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]