grogner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin grunnire (« grogner (en parlant du cochon) »). L’ancien français connaissait gronir, que l’on rapproche aisément de groin.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

grogner /ɡʁɔ.ɲe/ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Propre) Faire entendre son cri, pour le cochon, le loup ou le chien.
    • […] et que Gryllus, lorsque Circé, l’eut changé en cochon, fut bien plus avisé que le sage Ulysse, puisqu’il aima mieux passer sa vie à grogner tranquillement dans une étable que d’aller avec ce héros s’exposer de nouveau à tant de fâcheux hasards. (Érasme, Éloge de la folie, 1509, traduction de Thibault de Laveaux, 1780)
    • […] et, allongé sur un lit d’ordures humides, un cochon tout rose, assoupi, grognait en rêvant. (Octave Mirbeau, La Bonne, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
  2. (Figuré) (Familier) Murmurer, témoigner par un bruit sourd, entre ses dents, que l’on est mécontent.
    • Durant la même nuit, Feempje qui n'avait jamais de cauchemar s'était débattu, en grognant et en poussant des plaintes, contre il n'aurait pu dire quelles terrifiantes figures. (Francis Carco, Brumes, Albin Michel, 1935, p.55)
    • Obéir en grognant. — Ils grognaient, mais ils le suivaient toujours.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]