jeton

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Composé de jet et -on → voir rejeton. Apparait avec le sens botanique de « pousse, rejet », (1394) « pièce de métal ou d'ivoire dont on se servait pour calculer » qui correspond à bille [de bois], qui a aussi le sens de « fausse monnaie, monnaie de peu de valeur », ça vaut pas une bille, ça vaut pas un rond.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
jeton jetons
/ʒə.tɔ̃/

jeton /ʒə.tɔ̃/ masculin

  1. (Jeux) Pièce de métal, d’ivoire, etc., plate et ordinairement ronde, dont on se servait autrefois pour calculer des sommes, et dont on se sert encore pour marquer et payer au jeu.
    • Jetons de cuivre.
    • Jetons d’argent.
    • Jetons d’or.
    • Jetons d’ivoire.
    • Compter avec des jetons.
    • Marquer avec des jetons.
    • La mère Paul était rouée et profitait des pièces qu'on lui remettait de temps en temps pour jurer qu'on avait dû se tromper en la gratifiant d'un jeton de bar. (Francis Carco, L'Homme de Minuit, 1938)
    • La Première Guerre mondiale est l'événement catalyseur pour la création de monnaie de nécessité : d'août 1914, première émission de coupures, à novembre 1922, dernière émission de jetons. Les institutions consulaires sont, durant cette périodes les principales émettrices. (Catherine Vuillermot, La Monnaie, personnage historique, Librairie Droz, 2007, p.177)
  2. Pièce de métal que l'on remettait lors d'une séance, d'une assemblée, aux personnes présentes, et qui leur permettait de toucher une indemnité.
    • Je suis de deux commissions de l'Académie, je ne manque pas une séance, je figure à tous les enterrements, et même, l'été, je n'accepte aucune invitation de campagne pour ne pas perdre un seul jeton. (A. Daudet, Immortel, 1888, p. 41)
    1. Somme fixe allouée annuellement aux administrateurs de sociétés anonymes et de certaines compagnies, en rémunération de leurs fonctions.
      • Pourquoi ne poursuivait-on pas aussi les administrateurs (…) qui, outre leurs cinquante mille francs de jetons de présence, touchaient le dix pour cent sur les bénéfices, et qui avaient trempé dans tous les tripotages ? (Zola, Argent, 1891, p. 411)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Ancien français[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

jeton masculin

  1. Variante de geton.