misérable

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : miserable

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin miserabilis.

Adjectif[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
misérable misérables
/mi.ze.ʁabl/

misérable /mi.ze.ʁabl/ masculin et féminin identiques

  1. Qui est réduit à la misère ; qui inspire la pitié.
    • Les habitants passagers des garnis qui constituent la population nomade de Paris ne représentent malheureusement pas à eux seuls la population misérable. (Paul-Gabriel d’Haussonville, L’Enfance à Paris, 1879, Calmann-Lévy, p.231)
    • Les paysans du Lot, il y a vingt ans, étaient misérables, accablés par les hypothèques dont une prospérité relative, survenue à la suite de la guerre, les libéra. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité -1931)
    • Dans l'excavation, […], on descendit les misérables bières de sapin, on les rangea l'une près de l'autre puis, […], les fossoyeurs saisirent leurs pelles et comblèrent la tranchée. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
    • En parlant des choses,
    • Il mène une vie, il a une existence bien misérable. Son sort est misérable. Une santé misérable. Par exagération,
    • (Par hyperbole) Il n’a qu’un misérable cheval dans son écurie. Il n’est couvert que d’un vêtement misérable. Salaire misérable.
  2. Qui inspire une pitié mêlée de mépris ou d’indignation.
    • Aujourd'hui les homélies misérables d'un vieillard cauteleux, ennemi de la République,[…],ont servit de texte à de nouvelles inculpations; […]. (Danton, Déclaration de guerre aux Girondins, à la Convention, le 10 mars 1793 - Texte du Le Moniteur universel)
    • Las, dans le petit monde de l'Université, la probité candide ne mène à rien, et l'enthousiasme pèse peu face aux manœuvres misérables de ceux qui ne reculent devant rien pour faire carrière. (Alexis Liebaert, On achève bien les profs, dans Marianne (magazine), n° 758, 29 octobre 2011, p.85)
  3. Qui est sans valeur.
    • Un auteur, un livre misérable. — Toutes les raisons qu’il allègue sont misérables.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

→ voir nul (3)

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
misérable misérables
/mi.ze.ʁabl/

misérable /mi.ze.ʁabl/ masculin et féminin identiques

  1. Celui, celle qui vit dans la misère.
    • […] : les gens de cour, les favoris recevaient des distributions gratuites de sel, des francs-salés. La taille était une flétrissure pour le misérable, le franc-salé un honneur pour le noble. (Alfred Barbou, Les trois Républiques françaises, 1879)
  2. (Injurieux) Homme de néant, ou très malhonnête homme.
    • J’ai ramené au bien et au repentir des misérables qui, un soir, au détour d’un chemin, avaient voulu m’assommer à coups de hache. (Octave Mirbeau, La chanson de Carmen)
  3. (Péjoratif) (Parfois) Enfant, jeune homme vicieux.
  4. (Péjoratif) (Parfois) Femme décriée pour sa mauvaise conduite.

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]