montagne

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Montagne

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du bas latin montanea, féminin substantivé de l’adjectif *montaneus, altération du latin classique montanus « relatif à la montagne ».
Ce mot a remplacé mont dans la plupart de ses emplois.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
montagne montagnes
/mɔ̃.taɲ/
Le sommet enneigé d'une montagne : Piz Bernina.

montagne /mɔ̃.taɲ/ féminin

  1. (Géographie) Relief topographique présentant des versants prononcés (par opposition à « haut plateau » situé en altitude mais ne présentant pas le caractère montagneux).
    • La plupart des montagnes de Walachie sont garnies de bois composés de poiriers, de cerisiers, d'abricotiers et autres arbres fruitiers qui donnent aux forêts l'aspect d'immenses vergers. (Edme Mentelle & Conrad Malte-Brun, Géographie mathématique, physique & politique de toutes les parties du monde, vol.16, p.272, 1803)
    • Mais nous sommes déjà dans les faubourgs. Les maisons s’espacent, se reculent, s’adossent à la rivière ou à la montagne. (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • Ce jour-là, précisément, Étienne Lecourt, par le sentier abrupt, hérissé de rochers et bordé de déclivités dangereuses, qui serpente au flanc de la montagne, avait grimpé jusqu’à Cornabeuf […]. (Louis Pergaud, La Disparition mystérieuse, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les montagnes s’élevant à des hauteurs majestueuses formaient une espèce de cirque, d’immense amphithéâtre naturel autour du bassin qu’ la rade […]. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • (Proverbial) La montagne a enfanté une souris, se dit lorsque de grands projets n’aboutissent à rien.
    • (Proverbial) Il ferait battre des montagnes, se dit de quelqu’un qui réussit à semer partout la discorde.
  2. Région en altitude où l’on séjourne pour son plaisir ou pour sa santé.
    • Aller à la montagne.
    • Passer plusieurs mois à la montagne.
    • On lui a ordonné l’air de la montagne.
  3. (Histoire) (France) Sous la Convention, les bancs les plus élevés de l’assemblée, (Par métonymie) le parti démocrate qui y siégeait. Par allusion, se dit quelquefois du parti qui, dans une assemblée parlementaire, représente les opinions les plus avancées.
    • Il siégeait sur la montagne.
    • Il appartenait à la montagne.
  4. (Figuré) Amas considérable.
    • Les cheminées et les toits de chaume, à droite et à gauche de la route, dépassaient à peine les montagnes de neige, […]. (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • J’ai une montagne de paperasse sur mon bureau.
    • Se faire une montagne d’une chose, s’exagérer l’importance, la difficulté d’une chose.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Italien[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

montagne /mɔn.ˈta.ɲe/ genre à préciser : {{m}}, {{f}}, {{mf}}, {{n}} ?

  1. Chaîne de montagnes, massif de montagnes, montagne.