moquer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Origine obscure.
Apparenté au vénitien mocar (« moquer, dire des paroles inutiles »), au piémontais moca (« grimace »), peut-être avec le latin maccus (« bouffon ») ou le grec ancien μῶκος, môkos (« moquerie »). Le rattachement à l’ancien nordique moka (« remuer du fumier ») n’est pas suffisamment étayée quant à son évolution sémantique et à son origine normande.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

se moquer /mɔ.ke/ pronominal 1er groupe (conjugaison)

  1. Se railler de quelqu’un ou de quelque chose, en rire, en faire un sujet de plaisanterie ou de dérision.
    • Son visage portait les marques de la plus profonde perplexité et, visiblement, il se demandait si Tacherot ne se moquait pas un peu de lui. (Victor Méric, Les compagnons de l’Escopette, 1930, p.76)
    • […], je dois murmurer à voix très basse :
      — Esprit-Saint, aidez-moi !
      L'idéal serait de faire en même temps le signe de croix. A l'église, pas de problème. En classe, dans la rue, impossible d'implorer le secours de l’Esprit-Saint : les communistes se moqueraient de moi.
      (Yanny Hureaux, Bille de chêne: Une enfance forestière, Jean-Claude Lattès, 1996)
  2. Mépriser, braver, témoigner son dédain.
    • Je croyais que vous vous targuiez, avec raison d’ailleurs, de n’avoir jamais fourré le nez dans ces foutaises et que vous continuiez à vous en moquer largement. (Louis Pergaud, Un point d’histoire, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • C’est un homme qui se moque de l’opinion publique, qui se moque de tout.
    • Il s’est moqué des remontrances qu’on lui a faites, de tous les avis qu’on lui a donnés.
    • C’est se moquer du monde, c’est se moquer des gens que d’agir ainsi, de parler de la sorte.
    • Je me moque de lui, je ne le crains pas.
  3. (Absolument) Ne pas parler, ne pas agir sérieusement.
    • Quand je dis cela, vous voyez bien que je me moque.
    • C’est se moquer que d’agir comme vous faites.
    • C’est se moquer que de prétendre telle chose, de soutenir une pareille opinion.
    • Vous vous moquez, je pense.
  4. (Par civilité) Traiter avec trop de cérémonie, pousser trop loin la politesse.
    • Tu te moques de moi, je ne passerai pas avant toi.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Ancien français[modifier | modifier le wikitexte]

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

moquer /Prononciation ?/

  1. Variante de moquier.

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  • Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, édition de Paris, 1881-1902, F. Vieweg (moquer)