mortier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Vers 1170) Du latin mortarium.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
mortier mortiers
/mɔʁ.tje/
Un mortier et son pilon (3)
Un mortier de 120 (5)

mortier /mɔʁ.tje/ masculin

  1. (Maçonnerie) Mélange de chaux (ou de ciment) et de sable, délayés avec de l’eau et servant à lier les pierres, les parpaings ou les briques d’une construction.
    • Grâce à la bonté des mortiers, ces masses renversées ne se sont point disjointes et sont là comme des rochers […]. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Les sables sont les matières que l'on mélange le plus habituellement à la chaux pour former les mortiers ; ils doivent être rudes au toucher et crier quand on les serre dans la main. (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l'industrie dans le département des Ardennes, Charleville : E. Jolly, 1869, p.21)
    • Ce coffrage est rempli de mortier autolissant et autonivelant et peut recevoir tous les revêtements classiques de sols. (L'Architecture d'aujourd'hui, n° 267 à 269, Armand Margueritte, 1990, p.174)
    • Pour plus d’étanchéité et de résistance au vent, l’embarrure des tuiles plates était faite au mortier de façon très soignée. (Jean-Louis Boithias & Corinne Mondin, La maison rurale en Basse-Normandie, p.41, éditions Créer, 2001)
    • La Chape Liquide de Lafarge est un mortier prêt-à-l'emploi (chape autolissante et autonivelante) à base de sulfate de calcium (anhydrite) pour la réalisation de chape de sol flottante ou désolidarisée destinée à recevoir tous types de revêtements. (Copropriété & Travaux, Hiver 2009, page 37)
  2. (Figuré) Sorte de matière pâteuse et épaisse.
  3. (Cuisine) Récipient qui est fait d’une matière dure et résistante (métal, pierre, bois, granit), et dont on se sert pour piler certaines substances que l’on veut réduire en poudre ou en pâte.
    • L'usage des moulins pour la transformation du blé en farine paraît avoir été introduit en Europe par les Romains après la conquête de l'Asie ; auparavant on se servait probablement de pilons et de mortiers, ou même simplement de pierres. (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l'industrie dans le département des Ardennes, Charleville : E. Jolly, 1869, p.107)
    • Quoi! Celui qui, d’un pas léger, courait les sentiers de Vouvray, est-ce le même que nous voyons assis dans la poussière d’un village baoulé au seuil d'une pauvre case de palmes et de bambous et qui tire l’âcre fumée d'une courte pipe en terre tandis que sa femme pile le mil dans un mortier en bois d’émien? (Maurice Bedel, Le mariage des couleurs, 1951, II, 5)
  4. (Vieilli) Bouche à feu utilisée pour lancer des boulets comme une bombarde ou un canon court.
  5. (Militaire) Pièce d'artillerie se chargeant en principe par la bouche, formé d’un tube muni d'un percuteur fixe et tirant des obus avec une trajectoire courbe presque verticale, utilisé dans les opérations d’infanterie, en particulier pour les tirs indirects.
    • Une batterie de mortiers. Un mortier de 60, de 81, de 120.
    • C'est la société Brandt qui fixe le standard du mortier d'infanterie, avec ses deux modèles conçus dans les années 1920, le 81 mm et le 60 mm. (mortier, article Wikipédia)
  6. (Par extension) Sorte de gros pétard qui peut servir de projectile.
  7. (Histoire) Coiffe de protection du XVIe qui se portait sous le casque.
  8. Coiffure ronde, comme une toque, de velours noir, bordée de galon d’or, que les présidents et le greffier en chef du parlement français portaient dans l’exercice de leurs fonctions, et qui est encore aujourd’hui la coiffure des présidents des cours de justice.
    • Sa tête était coiffée d’un bonnet écarlate garni de fourrures, de la forme de ceux que les Français appellent mortier, par sa ressemblance avec un mortier renversé. (Walter Scott, Ivanhoé, Traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • …, le noble sire couvrit ses oreilles d'un mortier, …. (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]


Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Aide sur le thésaurus mortier figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : arme, enduit, magie, quenelle.

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]