nénufar

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : nenufar, nenúfar

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Aussi écrit nénuphar ; emprunté au persan نيلوفر, nïnüfar ou de l’arabe نلوفر, nilūfar ; plus avant, du sanscrit नीलोतपल, nīlotpala (« lotus bleu »), composé de नील, nīla (« bleu-noir ») et उतपल, utpala (« lotus »). L’Académie française a écrit nénufar jusqu’en 1935 (huitième édition de son Dictionnaire) et le Rapport de 1990 sur les rectifications orthographiques préconise de revenir à cette orthographe du fait de l’origine arabopersane du mot, laissant au graphème ph la fonction de transcrire la lettre phi (φ) du grec ancien.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
nénufar nénufars
/ne.ny.faʁ/
Fleur de nénufar jaune.

nénufar /ne.ny.faʁ/ masculin (orthographe rectifiée de 1990)

  1. (Botanique) Plante aquatique de la famille des nymphéacées, qui a de larges feuilles rondes et de grandes fleurs en forme de roses simples.
    • Le nénufar blanc.
    • Le nénufar jaune.
  2. (Pharmacologie) (Par métonymie) Rhizome du nénufar.
    • Un cataplasme de nénuphar et de concombre. (Honoré de Balzac, Annette et le Criminel, tome 2, page 205, 1824)
  3. (Pharmacologie) (Par métonymie) Fleur du nénufar.

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikicode]

Quasi-synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]