nonchalance

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Nonchalance

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du préfixe non- et du verbe chaloir.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

nonchalance /nɔ̃.ʃa.lɑ̃s/ féminin

Singulier Pluriel
nonchalance nonchalances
/nɔ̃.ʃa.lɑ̃s/
  1. Laisser-aller, négligence, apathie.
    • Elle était sobre, très propre et n’ayant d’autre défaut que beaucoup de paresse, la nonchalance régnant dans toutes ses actions et dans toute sa personne, malgré l’air de vivacité que ses yeux annonçaient. (Donatien Alphonse François de Sade, Les Cent Vingt Journées de Sodome, ou l’École du libertinage, 1785, introduction)
    • Pour le reste, il avait laissé les choses suivre leur cours, et quand le vieux caissier, le vénérable Savourdin, bonhomme à lunettes d’or et à cravate blanche, le priait chaque soir de vérifier la caisse, il s’acquittait de cette besogne avec une nonchalance véritablement inexplicable. (Hector Malot, Cara, E. Dentu, 1878, 1re partie, chap. 2)
  2. Mollesse, langueur, indolence.
    • Le soleil des tropiques, en brunissant son visage, ne lui avait point donné cette vivacité de geste et de parole qui s’unit chez les créoles à une nonchalance souvent pleine de grâce. (Victor Hugo, Bug-Jargal, 1818-1826, chap. 2)
    • Penchés comme en une nonchalance de rêve sur les petits murs terreux, les amandiers pleurent leurs larmes blanches sous la caresse du vent... (Isabelle Eberhardt, Pleurs d’amandiers, 1903)
  3. (Littéraire) (Au pluriel) Relâchement, insouciance où l’on se complaît.
    • Ou je me réveillerai, et les lois et les mœurs auront changé, — grâce à son pouvoir magique, — le monde, en restant le même, me laissera à mes désirs, joies, nonchalances. (Arthur Rimbaud, Une saison en enfer, M. J. Poot, Bruxelles, 1873, p. 25)
    • Mais non. Ce qu’il voulut, c’est arracher tous ceux
      Qui vivaient engourdis, orgueilleux, paresseux,
      À l’égoîsme obscur, aux mornes nonchalances,
      Pour les jeter, chantants et fiers, parmi les lances,
      Ivres de dévouement, épris de mourir loin,
      Dans cet oubli de soi dont tous avaient besoin !
      (Edmond Rostand, La Princesse lointaine, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1895, acte I, scène 2)

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Anglais[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

nonchalance

  1. Nonchalance, nonchaloir.