panner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

De panne.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

panner /pa.ne/ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Rare) Tomber en panne.
    • Mais, à partir de Hirsova, le moteur s'est mis à chauffer très fort et menaçait de panner, d’où ralentissement. (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, p. 65)


panner /pa.ne/ transitif

  1. (Vieilli) Creuser avec la partie du marteau appelée panne.  [1]
  2. (Archaïsme) Essuyer avec un linge ou un morceau de drap.  [2]
  3. (Archaïsme) (fr) (Belgique) Saisir un meuble pour sûreté de paiement.  [3]  [4]
    • En cas de refus de paiement, le bouteiller du comte peut panner le délinquant en sa maison, pour la valeur de l’amende encourue, sans porter atteinte aux franchises de la ville. (Messager des sciences historiques et archives des arts de Belgique, V. 21, 1847, p. 202)
  4. (Argot) (Vieilli) Gagner au jeu.  [5]
  5. (Cuisine) (Archaïsme) Aplatir la viande en frappant dessus [6].
  6. (Familier) (Savoie) Comprendre.
    • Je ne panne rien !

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  •  [1] Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872-1877 (panner)
  •  [2] Jean-Baptiste-Bonaventure de Roquefort, Glossaire de la langue romane: , 1808, p.295
  •  [3] Messager des sciences historiques et archives des arts de Belgique, V.21, 1847, p.78
  •  [4] Gabriel Antoine Joseph Hécart, Dictionnaire rouchi-français, 3e éd., 1834, p.536
  •  [5] Alfred Delvau, Dictionnaire de la langue verte. Argots parisiens comparés, 1867, p.347
  •  [6] Dominique Joseph Mozin & Adolphe Peschier, Dictionnaire complet des langues française et allemande, V.3, 1863, p.291