par cœur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : par-cœur

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Par allusion au cœur en tant que siège de la mémoire (ce qu’on pensait autrefois).

Locution adverbiale[modifier | modifier le wikitexte]

Invariable
par cœur
/paʁ kœʁ/

par cœur /paʁ kœʁ/ invariable

  1. De mémoire.
    • Les maîtres d’école prétendent que ce qu’on écrit se fourre plus avant dans la cervelle que ce qu'on apprend par cœur, et que c'est pour ça qu'ils font faire des devoirs aux enfants, au lieu de se contenter de leur faire réciter des leçons. (Émile Thirion, La Politique au village, p. 137, Fischbacher, 1896)
    • Arsène André étend ce mépris aux méthodes scolaires. […], une pédagogie qui refuse par système le bénéfice éprouvé des leçons sues par cœur. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
  2. Complétement, à fond, de fond en comble. S’emploie généralement avec le verbe connaitre
    • Je le connais par cœur, je peux deviner la moindre de ses réactions, le moindre de ses emportements et savoir ce qui va le faire exploser de rire.
    • J'avais une mansarde
      Pour tout logement
      Avec des lézardes
      Sur le firmament
      Je le savais par cœur depuis
      Et pour un baiser la course
      J'emmenais mes belles de nuits
      Faire un tour sur la grande ourse.
      (Georges Brassens, Auprès de mon arbre, in Je me suis fait tout petit, 1956)
  3. (Vieilli) Sans manger.
    • Dîner par cœur, se passer de dîner.
    • S’il ne vient à l’heure, il dînera par cœur.
    • En Belgique l'expression "manger par cœur" est encore utilisée.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Locution nominale[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
par cœur par cœurs
/paʁ kœʁ/

par cœur /paʁ kœʁ/ masculin

  1. Fait d’apprendre ou de réciter quelque chose par cœur, de mémoire.
    • Dans quelle mesure le « par cœur » est utile ou efficace pour faire accéder l’intelligence enfantine à la maîtrise de pouvoirs ou de connaissances jugées souhaitables. (Louis Legrand, « Valeur et limites du « par cœur », dans Techniques de vie, n°10, octobre 1961)
    • La question du par coeur dans les écoles n’a même pas été posée: on l’a éliminée sous le stupide prétexte qu’il n’était pas bon que les enfants apprennent des choses par coeur... à contre-coeur! (Jacques Dufresne, « Mémoire : Éloge du par coeur », Encyclopédie de L’Agora, 2001)
    • Un autre intérêt du « par cœur » est de faciliter l’automatisation de certaines données qui doivent être mobilisées très rapidement, l’exemple le plus connu étant la maîtrise des tables de multiplication. (Julien Maraval, Les clés du collège, 2005)
    • C’est tout à fait bien d’apprendre l’alphabet aux enfants, même quand ils ne savent pas lire ; précisions qu’il ne s’agit pas seulement de mémoire, de par cœur, de « perroquet ». (Gisèle Gelbert, Lire ou ne pas lire ? Le combat, 2005)

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]